-Light Bird -

Dancers and red crowned cranes

Statement of intent


From the beginning, the question we asked ourselves as choreographer, has been the one about the sharing with the other, an « other » of a different kind of species. Which possibility of communication with it ? What space can we create so the relation can exist, without giving it all the place ? Like the philosopher Vinciane Despret says : « with the animals, we welcome with the body ». Who better than the dancer then can be this relation vector ?

The choreography sets down intervals to create the welcome : the birds welcoming the dancer and the dancer welcoming the birds. In rehearsal the cranes are curious like children, they are coming to search, examine, listen, and, thanks to their size, they take a royal place on the stage. The dancer pays great attention and answers in a precise and random way at once. The stage becomes a place of coexistence,where the five interpreters from different generations, from 19 to 58 years, from different cultures and training, progress and adopte each other in respect, as well as they adopt the cranes. Sharing the stage with the cranes makes us enter in another temporality, like in a suspended time, sort of truth from the daily reality.

The crane is a paradoxal animal, we feel her prehistory and her metaphysics coexisting in a stunning way. Despite the impregnation, it stays potentially dangerous. One do not catch a crane's eye without something resonating, something matter of an immemorial feeling.

Danser avec des oiseaux implique une disposition à l’imprévisible. Les interprètes, danseurs et musicien, ont développé une aptitude à l’aléatoire tout en restant vigilants à la trame du spectacle. La composition est à la fois structurée et «entr’ouverte». Elle trouve sa conclusion sur le plateau avec une part de création in vivo. Ce caractère se retrouve également dans la scénographie de Patrick Bouchain. Le sol, constitué de peaux, devient un vivant biotope sujet à froissements, à mouvements et respiration. Rien de ce qui est donné a priori ne reste figé et univoque.

 

 De même, la lumière de Philippe Berthomé crée un espace dynamique qui ponctue l'action, tantôt la précédant tantôt la suivant. Les grues se sont révélées beaucoup plus réceptives à la musique que les autres espèces, avec une écoute très fine, sensible aux variations les plus subtiles, une caractéristique intégrée par Xavier Rosselle dans la composition et restituée en direct sur scène. Le musicien, le souffle, devient partenaire de jeu aussi bien pour les danseurs que pour les grues.

La grue de Mandchourie, malgré le symbole d’immortalité qu’elle incarne, reste paradoxalement une espèce menacée d’extinction en raison de la destruction de son biotope naturel. Le taux de reproduction en milieu naturel étant relativement faible certains zoos de par le monde participent à la sauvegarde de cette espèce en faisant éclore des oeufs sous contrôle vétérinaire. Le Parc de la Tête d'Or à Lyon a permis d’engager tout le processus d’éclosion et de sociabilisation, poursuivi ensuite au parc zoologique d’Amiens Métropole, collaborateur de la première heure, qui accueille aujourd’hui les six oiseaux de la création et participe activement et quotidiennement au projet. Les descendants de ces oiseaux feront partie d’un programme de sauvegarde des espèces par la réintroduction et le repeuplement en milieu naturel. Un parallèle entre Nature et Nature humaine apparaît ainsi. Préserver nos espaces naturels, c'est aussi préserver nos espaces culturels, nos territoires de l'imaginaire. La psyché de l'homme s'est élaborée de pair avec l’évolution de son environnement dont elle est l'écho. Elle vit en union indissociable avec le corps et avec le corps du monde. Si l'environnement naturel s'appauvrit, c'est notre monde culturel qui s’appauvrit. Dès lors ne pourrait-on parler d'une écologie de l'âme ?

Luc Petton

Casting
Concept: Luc Petton
Choreography, staging: Marilén Iglesias-Breuker et Luc Petton
Assistant: Marie-Laure Agrapart, Philippe Ducou
Studio research: Sun-A Lee, Yura Park, Gilles Noël
Scenography: Patrick Bouchain
Music composition: Xavier Rosselle
Light creation: Philippe Berthomé
Costume's designer:  Sophie Jeandot
Bird's consultant: Eric Bureau
Light manager: Sylvie Vautrin
Stage manager: Patricio Gil
Stage builder : Ateliers Devineau
Bird keeper : Dune Pokrovsky and bird keepers of the Zoo of Amiens
Friendly collaboration of the philosopher: Vinciane Despret
With: Sun-A Lee, Yura Park, Gilles Noël , Luc Petton, Xavier Rosselle and the red crowned cranes
Administration : Taraneh Zolfaghari
Production : Jean-Marie Dumont
Oraganization : Hélène Pallut

Production : Company Le Guetteur
Coproductions
Théâtre national de Chaillot – Paris / Scène nationale de l’Oise en préfiguration – Espace Jean Legendre –Compiègne / Opéra de Reims / Parc zoologique d’Amiens Métropole/ Maison de la Culture d’Amiens, centre de création et de production  / L’Arsenal – Metz / La Briqueterie – CDC du Val-de-Marne

Partnerships
Institut Français de Séoul /  L’Echangeur – Centre de Développement Chorégraphique de Picardie / Parc de la Tête d’or - Lyon /  Laboratoire Chorégraphique de Reims

Thanks to Xavier Julliot, Césaré - Centre National de Création Musicale and to M. Won-Il, artistic director of the National Orchestra of the National Theater of Korea

With the support of the ADAMI,
L’ADAMI, company of the artists-interpreters, manage and develop their rights in France and in the world for a fairer pay of their talent. It accompanies them although by its financial subsisdies to artistic projects.