capture-decran-2016-10-13-a-11-28-26

Version EN 
drapeau-anglais

Ainsi la nuit


"Enfant j’ai longtemps été habité par une sainte horreur du noir dans lequel je craignais d’être happé et de disparaître. Ces terreurs m’anéantissaient d’autant qu’elles surgissaient parfois à l’issu d’épisodes somnambuliques accompagnés de sensations physiques déconcertantes, comme si mon corps s’expansait. La seule chose qui me rassurait alors était d’entendre mon cœur battre, preuve que j’étais encore en vie."

Le centre de cette création sera le coeur, le coeur comme organe essentiel de la vie, comme source des émotions et des sentiments, la caverne du coeur, comme offrande rituelle.  
Rouge / Noir // Vie / Mort // Prédateur / Proie // Offrande / Dévoration // Incarnation / Décarnisation

Le coeur flue et reflue pouvant aller jusqu'au bouillonnement du sang, conjuration de la mort que l'on retrouve dans le Duende, expression ultime de la Vie.
"le duende est affaire de sang. Il brûle où il habite puisqu'il faut le réveiller dans les dernières demeures du sang. Où sont-elles ? le duende n'est pas dans la gorge, le duende monte du dedans, depuis la plante des pieds. Le corps devient sa proie."  Federico Garcia Lorqua

Cette création, comme une poétique de l'effroi, traitera de peurs premières constitutives, allant jusqu'aux frontières de l'inconcevable quand l'être humain, destitué de son statut de prédateur n'est plus que proie. L'ultime étant de devenir "un régal pour les vautours" comme le dit Claude Régy dans son dernier ouvrage, faisant référence aux rituels himalayens.

Le travail de recherche nous fera aborder la notion "d'impersonnalité" pour saisir combien ces émotions liées à des puissances extrêmement agissantes émanant de notre pro-histoire nous traversent encore. Immémoriales elles nous affectent dans leurs contemporanéités.

L'écriture chorégraphique mettra l'accent sur la "ponctuation avec anomalie", quand de façon inattendue une suspension du mouvement apparaît, comme dans un vide soudain , dans le décours de la phrase, libérant une matière silencieuse où l'irrévélé peut apparaître.

Avec les animaux une fois encore nous franchirons le grand portail de l'inconnu avec un grand esprit d'ouverture pour laisser les choses advenir, dans une perpétuelle mouvance.

L'univers sonore et musical sera créé autour d'extraits des Leçons de ténèbres de Couperin, version Alfred Deller, Salt Lake City 1960, et de poèmes dits issus de Sébastien en rêve, de Georg Trackl.

Luc Petton

BESTIAIRE /

La chouette,
tombée du jour, moment de grand calme, d’apaisement. Arrivée de l’oiseau au vol silencieux, la chouette apporte la nuit, la raison se tait, les sens s’éveillent. Absorption par la nuit. 

Scénographie au sol – Temps : crépuscule

Le loupavec son aura de peur viscérale. Il fait surgir l’effroi d’être dépossédé de notre statut de chasseur pour devenir proie ! Apparition spectrale au milieu de la nuit. La raison bascule, s’enténèbre. 
Scénographie à mi-hauteur – Temps : pleine nuit, au cœur des ténèbres.

Les vautourscomme dans les traditions Parsis et himalayennes, pour une scène finale de « funérailles célestes » sur le corps du danseur. Décarnisation ! l’inconcevable. Disparition des corps dans le corps des « danseurs du ciel ». Envol …  
Scénographie en hauteur – Temps : l’aube, lueurs d’un jour nouveau, espoir.

SOURCES /

Nu gît le coeur près du grand chemin dans l'obscurité, titre d'un texte de Trajei Vesaas dans le recueil La Barque le soir

Un régal pour les vautours : "...et c'est une grande leçon pour les hommes d'être considérés comme de la nourriture propre à satisfaire les papilles de vautours (y'en a-t-il dans le bec ?) C'est tout à fait délicieux de penser qu'on peut être un régal pour les vautours." Claude Régy

Duende, Pratique et théorie du Duende. Federico Garcia Lorca

Puisant aux mêmes sources, une version Monument verra également le jour pour le Centre des Monuments Nationaux en octobre 2017 au Château de Pierrefonds. Elle sera déclinée pendant trois ans pour différents lieux de l'opération Monuments en Mouvement, avec pour point d'orgue le Panthéon à Paris, en juin 2018.

Distribution en cours

Concept Luc Petton

Chorégraphie Marilén Iglesias-Breuker & Luc Petton

Scénographie Raul Pajaro Gomez

Création sonore et musicale Xavier Rosselle

Création lumière Sylvie Vautrin

Interprètes - Elise Bjerkelund Reine, Pieradolfo Ciuilli, Adalberto Fernandez-Torres, Aurore Godfroy, Anaïs Michelin

Partenariat Philippe Hertel - Vol Libre Production

Conseillère animalier  Mélanie Poux