Silent Dream / Stille


Cette courte pièce pour une danseuse fait partie du projet "Jours de Silence" impulsé par le Théâtre national de Chaillot et Dominique Dupuy et se déclinant sur deux années 2016-2017.
La Danse qui est par excellence un art sans parole trouve toute sa place dans ce projet original autour de la thématique générale du silence appréhendé sous différentes formes, en psychanalyse, en philosophie, en littérature, en musique, au cinéma etc…

Les organisateurs de cette manifestation ont demandé à Luc Petton de se prêter à cet exercice poétique en créant de courtes œuvres pour des lieux prestigieux comme l’amphithéâtre Guizot de la Sorbonne et plus tard à la Bibliothèque national de France. 
Chaque jour de silence, le principe est de conjuguer deux visions, une « leçon de silence » et une expression artistique. Nous avons ainsi été associé à Charles Malamoud, spécialiste du sanscrit ancien, maitre de conférence à l’Ecole Pratique des Hautes Etude qui intitule sa leçon de silence : À l’écoute de l’Inde, quand elle dit le silence.

Pour participer à ce projet si particulier Luc Petton a choisi de faire appel à SunA Lee, superbe interprète de Light Bird, habitée par un sentiment très particulier du mouvement. Il se réjouit de pouvoir approfondir sa recherche avec elle sur cette notion de silence dans le mouvement, sur l’espace ouvert entre les différentes séquences de mouvement, créant ainsi les conditions d’un un hors-temps propice à l’imaginaire.

 

capture-decran-2016-10-13-a-11-28-26

Version EN 
drapeau-anglais

DERNIER SANG


Cette création gravitera autour du point focal « la poétique de l’effroi », concept qui sera développé dans la recherche chorégraphique et l’écriture des corps, dans la dramaturgie et dans le choix des animaux en présence.
Face à face avec l’effroi, cette peur nue qui envahit, l’alternative réside soit dans la double réponse combat/fuite, soit, tous  sens suspendus, dans la tétanie du cri muet, soit dans un ultime sursaut, avec l’irruption d’une force enfouie jaillissant des tréfonds, tout néant dépassé.

Une dramaturgie en trois « temps » pour trois séquences avec des animaux à forte empreinte imaginaire :

La chouette,
tombée du jour, moment de grand calme, d’apaisement. Arrivée de l’oiseau au vol silencieux, la chouette apporte la nuit, la raison se tait, les sens s’éveillent. Absorption par la nuit. 
Scénographie au sol – Temps : crépuscule

Le loupavec son aura de peur viscérale. Il fait surgir l’effroi d’être dépossédé de notre statut de chasseur pour devenir proie ! Apparition spectrale au milieu de la nuit. La raison bascule, s’enténèbre. 
Scénographie à mi-hauteur – Temps : pleine nuit, au cœur des ténèbres.

Les vautourscomme dans les traditions Parsis et himalayennes, pour une scène finale de « funérailles célestes » sur le corps du danseur. Décarnisation ! l’inconcevable. Disparition des corps dans le corps des « danseurs du ciel ». Envol …  
Scénographie en hauteur – Temps : l’aube, lueurs d’un jour nouveau, espoir.

L’idée de cette création, que Luc Petton portait en germe depuis longtemps, surgit comme un écho au dernier écrit de Claude Régy «Un régal pour les vautours» et « Jeu et théorie du duende » de Federico Garcia Lorca.

«....et c’est une grande leçon pour les hommes d’être considérés comme de la nourriture propre à satisfaire les papilles des vautours (y’-en a-t-il dans le bec ?). C’est tout à fait délicieux de penser qu’on peut être un régal pour les vautours....»
Claude Régy

« Le duende dort tapi dans sa demeure, il est comme mort, ivre de sang, vibrant la vie du dedans, comme un déchet. Soudain, quelque chose le touche, quelqu’un qui tente de parler ne peut le faire et, sans dire, s’en va chercher les mots du corps , dans un dédale. Au détour de ses tours, il touche au duende, mais gare à son éveil il peut détruire... »
Federico Garcia Lorqua

Le duende est affaire de sang, il brûle où il habite puisqu’il faut le réveiller dans les dernières demeures du sang. Où sont elles ? Le duende n’est pas dans la gorge, le duende monte du dedans, depuis la plante des pieds. Le corps devient sa proie.

Pour que le duende advienne, il faut lui faire place. Il faut qu’il y ait une part d’abandon, de « laisser être » concept qui nous rapproche de l’expérience vécue dans les précédentes créations avec oiseaux où cette notion de laisser être était indispensable pour percevoir les créatures dans leurs jaillissements.

Cette création aura une destinée double, sur scène, Dernier Sang, et hors scène, les Transis.


Ce projet verra le jour grâce à plusieurs résidences artistiques chez nos partenaires tout au long du processus de création de façon à familiariser les animaux avec les conditions de la boite noire et à l’environnement, scénographie et danseurs.
Premier spectacle pilote décembre 2017, Opéra de Reims.

Les Transis : version monument
Cette version particulière, conçue pour des lieux patrimoniaux, trouvera sa source danse Dernier Sang. Une première aura lieux en juillet 2017 à l’ACB de Bar le Duc. Une version spécifique pour le Centre des Monuments Nationaux verra le jour en octobre 2017 au Château de Pierrefonds. Elle sera déclinée pendant trois ans pour différents lieux de l’opération Monuments en Mouvement.

Actions de médiation envers les publics
Engagement renouvelé de la compagnie, les actions envers les publics restent un axe important. Conçues en amont avec nos partenaires, elles préparent l’arrivée du spectacle et œuvrent dans le sens d’une démocratisation de la Culture et favorisent une plus grande ouverture de la danse aux différents publics.

Distribution en cours

Concept Luc Petton

Chorégraphie Marilén Iglesias-Breuker & Luc Petton

Scénographie Raul Pajaro Gomez

Création sonore et musicale Xavier Rosselle

Création lumière Sylvie Vautrin

Interprètes - 5 artistes danseurs et circassiens

Partenariat Philippe Hertel - Vol Libre Production

Conseiller animalier Eric Bureau

La Compagnie Le Guetteur est partenaire du Festival International du Film sur le Handicap 2016.
Lors de la Conférence de presse ouvrant le festival le 7 janvier dernier, la Compagnie a présenté des extraits d'Oscar de Luc Petton.


 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM SUR LE HANDICAP
Cannes du 16 au 21 septembre 2016


L’autre festival de Cannes
Après les JO, il y a les Jeux Paralympiques. Après le Festival de Cannes, il y aura désormais quelque chose d’encore plus étonnant destiné aux créateurs et public handicapés :

Le premier Festival International du Film sur le Handicap

Créé à l'initiative de Katia Martin-Maresco, directrice du FIFH, du Préfet Jean-Christophe Parisot de Bayard, parrain et ambassadeur du FIFH et Marie-Hélène Delon, secrétaire générale de “Différent… comme tout le monde”, cet événement culturel d'envergure a pour but de réunir les femmes et les hommes participant à la promotion d'une différence créative, talentueuse, émotionnelle et citoyenne. Notre projet est autonome, au même titre que la Quinzaine des réalisateurs ou la Semaine de la critique.

D'ores et déjà, le festival s'emploie à mobiliser les créateurs, les acteurs, les réalisateurs, les producteurs, les mécènes. Un partenariat a été acté avec le CNC, les cinémas Gaumont Pathé!, agnès b. et la Ville de Cannes ainsi qu'avec les villes-étapes du train du festival : Amiens, Cannes, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier et Paris.

Le cinéma évolue...

Intouchables, La famille Bélier, De toutes nos forces, Sur le chemin de l'école en témoignent. Permettre à des créateurs de se rencontrer et adapter le cinéma aux différents publics est plus que jamais d'actualité.

La question du handicap s'avère incontournable, notamment dans les castings, mais aussi pour l'accueil des personnes handicapées. L'audiodescription, l'accueil des sourds, l'accessibilité universelle des salles, un plan d'aide aux films, la participation des personnes handicapées à la Commission Supérieure Technique : autant de sujets pris en compte aujourd'hui par le CNC.

Partenaires institutionnels :

Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.06 Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.10 Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.14 Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.19

 

Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.24 Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.28 Capture d’écran 2016-02-10 à 16.29.37

 

 

Parrains et soutiens

agnès b

Françoise Cluzet

Philippe Pozzo di Borgo


 

 

Erik Orsenna

Edouard Braine

Farid Lozès

 

 

SEPTEMBRE 2016

LE MANS (72)
Les Quinconces
Light Bird
Vendredi 16 septembre 2016
Renseignements et réservations : 02 43 50 21 50

OCTOBRE 2015

OCTOBRE 2016

LA ROCHE-SUR-YON (85)
Le Grand R, scène nationale
Light Bird
Mardi 4 et Mercredi 5 octobre 2016
Renseignements et réservations : 02 51 47 83 83

NOVEMBRE 2016

CHATEAUROUX (36)
Equinoxe, scène nationale
Light Bird
> Dimanche 13 Novembre à 17h et Lundi 14 novembre à 20h30

Renseignements et réservations : 02 54 08 34 34
PARIS (75)
Université Sorbonne - Paris 4 
Amphithéâtre Richelieu
Silent Dream
dans le cadre SILENCE(S) à l'initiative de D. Dupuy
> Samedi 26 Novembre à 16h30

Réservations obligatoires avant le 24 novembre sur Evenium

DECEMBRE 2016

AUXERRE (89)
Le Théâtre, scène conventionnée d'Auxerre
Light Bird
Jeudi 8 et Vendredi 9 décembre 2016
Renseignements et réservations  03 86 72 24 24

JANVIER 2017

VESOUL (70)
Théâtre Edwige Feuillère - scène conventionnée
Light Bird
> Vendredi 13 et Samedi 14  janvier 2017

Renseignements et réservations : 03 84 75 40 66

AVRIL 2017

LAON (02)
Maison des Arts et des Loisirs
Oscar 
> Vendredi 5 avril 2017 à 10h et à 15h

MAI 2017

PARIS (75)
Bilbiothèque National de France 
STILLE 
dans le cadre SILENCE(S) à l'initiative de D. Dupuy
> Mardi 16 mai 2017 à 18h30
Renseignements et réservations sur www.bnf.fr

En cours de construction

En cours de construction

En cours de construction

Page réservée aux professionnels. Merci d'entrer les codes fournis afin d'accéder à cette page




Lost your password?

Xavier Rosselle
musicien et compositeur


 Compositeur, interprète (saxophoniste), Xavier Rosselle, après des études de musicologie, une médaille d’or et un 1er prix dans les CNR de Reims et Boulogne-Billancourt, a été lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin en 1990. En 1993, il crée la Compagnie Théâtre Musical “Musique Création diffusion” et travaille avec des metteurs en scène, chorégraphes, marionnettistes.

Parmi ses créations (composition et interprétation), citons entre autres : la Marche dans le tunnel au CNAT de Reims (textes d’Henry Michaux) ; Petits Scènes, théâtre musical créé au CNAT et suivi de 80 représentations en France et à Avignon en 1997 ; la musique du spectacle Déo Juvante créé à Monaco pour les 700 ans de la famille Grimaldi ; la musique du spectacle Gernika avec Anna Prucnal et Michel Hermon ; Couleur, création musicale autour du jazz de Matissi en 2000 ; la musique du spectacle chorégraphe Nyctalope, avec la Compagnie Appel d’air ; la musique du spectacle Sans rivâle en 2002.

En 2009, il compose Radeaux, son premier opéra de chambre sur un livret de Christian Siméon, créé au Grand Théâtre de Reims.

Il reçoit en 2012 une commande de l'Etat pour la composition de la musique du spectacle Swan.


 

Chapellle

Marilén Iglesias-Breuker
chorégraphe et collaboratrice artistique


 Danseuse et sociologue argentine initiée à la danse par Harald Kreutzberg, elle débute sa carrière à Buenos Aires puis poursuit ses études à l’Ecole Folkwang d’Essen (Prix Folkwang 81) et obtient le Diplôme de Pédagogue de Danse. Elle intègre le Folkwang Tanz Studio sous la direction de Hans Zülling. Interprète soliste de Jean Cébron et de Susanne Linke, elle devient son assistante et débute une carrière de chorégraphe signant une dizaine de chorégraphies, dont deux pour l’Opéra. 

Lauréate des concours de Bagnolet et de Nyon, elle se perfectionne à New York puis s’installe en France où, avec Luc Petton, elle fonde la Compagnie Icosaèdre . Dans des tournées en France et à l’étranger (Argentine, Allemagne, Brésil, Chili, Hollande, Italie, Japon, Mexique,Tunisie…), elle présente plus de vingt chorégraphies créées avec la compagnie Icosaèdre, dont cinq co-signées avec Luc Petton et une avec Christine Brunel. Parallèlement, elle obtient son CA en danse contemporaine et  poursuit des activités pédagogiques en particulier la formation de formateurs.

Co-auteur de films (Le Sourire de Reims, Passeurs de Danse) et de projets liés à l’image (Silences Nomades, L’âme des pierres), elle est à l’origine du projet Instants d’Europe associant recherche théorique, reportages vidéos et spectacles autour de la mémoire de la danse européenne. Elle publie dans de nombreuses revues spécialisées et participe, en qualité de conseillère scientifique pour la danse allemande, à la réalisation du Dictionnaire de la danse, dirigé par Philippe Le Moal, pour les éditions Larousse-Bordas.Ses recherches et créations sont portées par un intérêt plus général : la relation entre l’art et les questions de société, le lien entre danse et utopie.  

Inspirée par la notion de « géopoétique » de Kenneth White, elle réalise un cycle latino-américain autour de questions de société perçues avec sa sensibilité de danseuse (la place de la femme chez les indiens du Chiapas, la répercussion de la crise dans les corps de la danse, l’immensité arpentée en Patagonie) puis s’intéresse à la notion de travail et d’effort dans la danse et la société. Recherche menée de pair avec des professeurs de l’Université de Reims. En 2011, elle participe à un projet européen sur la question de la réconciliation.  Sa dernière création chorégraphique Fill-In - étoilements chorégraphiques aborde la question des danseurs obligés à l'exil dans l'Allemagne des années 30. Elle collabore par ailleurs avec le chorégraphe Luc Petton avec qui elle a co-signé Swan et Light Bird.


 

Nos Podcasts


 

fb_share_logo

France Info - Sortir, Voir, Ecouter 
Emission du 8 juin 2012 

 

Logo-France-Culture

France Culture - Hors Champs - Laure Adler 
Emission de 2011 

 

Logo-France-Culture

France Culture - Le Rendez-vous de Laurent Goumarre
Emission du 7 juin 2012

 

Logo-France-Culture

France Culture - La Vignette
Emission du 8 septembre 2009

 

Nos passages télévisés


 

Version FR 
drapeau fr

Wandering Shows


 

A PIED D'OEUVRE

Sans titreA choreography directed by Luc Petton and a musical improvisation echo with the patrimonial place. 
The body and movement presence allows another reading of the architecture, urging the passers-by eye to zoom on details. The fragile and the timeless work together during an ephemeral score.

 

 

ANIMULA

animula2A new dance form travelling through the paths and the gardens and other singulars places will give back to dance another space, another air, and will go in front of the public on their own territories, thanks to a dancers team with a musician and an animal (bird) for a bright impromptu. 

 

 


Casting
choreographer: Luc Petton
interpreters: Marie-Laure Agrapart, Mélisande Carré-Angeli, Tuomas Lahti 
music: Xavier Rosselle

Version EN 
drapeau-anglais

Spectacles en itinérance


 

A PIED D'OEUVRE

Sans titreUne chorégraphie dirigée par Luc Petton et une improvisation musicale entrent en résonance avec le site patrimonial.
La présence des corps et du mouvement permet une autre lecture de l'architecture en sollicitant l'oeil du passant à zoomer sur des détails.  Le fragile et l'intemporel se conjuguent le temps d'une partition éphémère.

 

 

ANIMULA

animula2Une nouvelle forme de danse pérégrine par les chemins et les jardins et autre lieux singuliers, qui redonnera à la danse un autre espace, un autre air, et ira au devant des publics sur leurs propres territoires, grâce à une équipe de danseurs accompagnée d’un musicien et d’un animal (oiseau) pour un impromptu de nature vive.

 

 


Distribution
Chorégraphe : Luc Petton
Interprètes : Marie-Laure Agrapart, Mélisande Carré-Angeli, Tuomas Lahti 
Musique : Xavier Rosselle

Version FR
drapeau fr

Company LE GUETTEUR

Created in 1994, the company Le Guetteur forges links with the Picardie during the presentation of the piece Le Grand Vivant at the Théâtre Jean Legendre in Compiègne. This creation of Luc Petton will allow to begin a lasting settlement in this region. First in residence at the Saint Michel Abbey in Thierache and then at the Maison des Arts in Laon from 1995 to 1997, the Company will although welcome in Abbeville, Château-Therry and Soissons successively until 2012.

The company creation are developed by Luc Petton, who, since his first pieces, initiates a singular career on the French choreographic stage, getting himself noticed with If and Oscar, that tour in France and abroad. The following creations, like Polemos, Sur le Fil de minuit, Sans abord reel confirm the interest of public and the professionnals, that will confirm from 2004 in his project with animals.

In 2005, Luc Petton creates La Confidence des oiseaux, an outdoor version and then a theatre version. This creation bringing more than 30 birds on stage meets a true success during its presentation at the Festival d’Avignon and at the Theatre national de Chaillot in 2008. The adventure continues with Swan, choreographic creation for swans and dancers, revisiting the Leda myth and Swan lake, presented in June 2012 at the Theatre national de Chaillot. Each representation conquers a always larger public at each representations. Luc Petton ends his triptych with the creation of Light Bird, for dancers and red crowned cranes. The premiere took place again at the Theatre national de Chaillot in May 2015, after some experience shows in Region especially the first public presentation at the Espace Jean Legendre in Compiègne.

Paying close attention to his repertoire, Luc Petton decides in 2013 to transform his piece Oscar in a quartet version. Lighter, adapted to every place of the region, this creation allows an easy awareness through playful workshops and a reflexion about the dance history. An important characteristic considering the mediation work that the company develops during her different residencies.

From 2009 to 2012, in residence at the Mail, cultural scene of Soissons, the company team develops a awareness action on the territories of Soissons and in the department of Aisne, wanting to democratize the access to the choreographic culture for every public. A commitment we found although in the program Culture in Hospital for elderly people, disabled children, but although in prison. From 2012 to 2015, the residence of the company at the Espace Jean Legendre in Compiègne fulfils itself in the same perspective.

At the same time, an extraordinary residence with dancers red crowned cranes takes place at the zoological park of Amiens Métropole and at the Maison de la Culture in Amiens. This partnership allows Luc Petton to lead specific researches linked to this creation very different from the previous two. The workshops, masterclasses, conferences are a big part of the company activities (more than twenty actions in 2015 for 350 hours of workshops), searching to raiser awareness among the always larger public out of consideration for the democratization of the contemporary dance. A same life notion nourishes creation and action on the territory.

Version FR
drapeau fr

cAvAlle !

Competing, an Iberian stallion, three dancers and a crow perform in total freedom, writing in live a spontaneous choreography. The game run through differente states - lively, keen, even reared-up, peaceful. In this playful demonstration, it is hard to say who from the man or the animal leads the dance, because the creation falls under a dance made of listening, rythms, space and shared moments. The musical improvisation from the bass player highlights the opened characteristic of this game in constant production, punctuated by the arrival of a flying crow.

The created piece has the experience of the complicity that links men and animal and gives itself to the spectators gaze, far from the convention codes of the dance and equestrian art representation, showing an instant of playful complicity.

This singular proposition settles perfectly to patrimonial places (abbey, cloister) or to museums.

 

 

Version FR
drapeau fr

LA CONFIDENCE DES OISEAUX

 

La confidence des oiseaux“La Confidence des Oiseaux” is an unprecedented meeting between four dancers and thirty birds invited «live » on stage. Result of a long work led by the bird keepers, the show gathers jays, starlings, magpies and crows, dancing with dance interpreters in unique and spectacular performances each time. Through this ode to movement’s freedom and beauty, Luc Petton fulfills a strong gesture and places exchanges and relationship between man and nature at the heart of the creation.

“Over the seasons dedicated to this singular project, a notion that I would not have guessed at first, appears as a key word: Letting be. Let, not for give up, reject or even ignore, but truly letting be, restoring freedom, releasing, and renouncing to seize things or persons, renouncing to use them.
 
Letting be, it is although learning to turn the back to the multiple influences that assault us, in order to allow the hatching of another world, functioning on another mode: watch and love the persons, provoking them to become what they are.
 
Such is the way opened to us ; take another look on the world, surprise the creatures in their spouting, live another relation to the world.”

Luc Petton

Concept and choreography: Luc Petton
Artistic collaboration: Marilén Iglesias-Breuker
Dancers: Marie-Laure Agrapart ou Marie Sinnaeve, Mélisande Carré-Angeli, Aurore Castan-Aïn, Tuomas Lahti
Musician-Composer: Xavier Rosselle
Bird keepers : Tristan Plot, Julien Durdilly
Birds : cockatiels, crow, jay, crimson rosellas and magpies

Scenography: Jean Paul Céalis
Costumes: Raul Pajaro Gomez
Light creation and management: Sylvie Vautrin
Stage management: Bruno Bernabé


Production: Company Le Guetteur
In coproduction with the des Hivernales, the Faïencerie, the théâtre de Créil
with the help to creation residence at the 3bisf, Lieu d'Arts Contemporains in Aix-en-Provence and the support of the ADAMI

MUR04~1

thumb_08_1024

Hexicosiedre flottant

Version FR 
drapeau fr

IKABA


This title brings together two concepts, one is IKB, International Klein Blue invented by Yves Klein and the other is the japonese word Ikiba referring to a place where we wished to go when we have lost everything, something like a shelter to reach. 

Since his first dance creations, Luc Petton never ceased to explore the fragile instant where everything can change dramatically, the unstable balance of an ephemeral point of reference, the vision of the suspended fall, like out of time, the subtil game between willing and lettingbe, accepting with joy the accident factor. Even more in his last "dance and bird projects", he did practice the welcome of the hazard and the fleetingness, that resonate with some of the Yves Klein experiences. 

Statement of intent : the body ont the point 
By my initial practice of a martial art and then by the dance, i develop a sharp sens of the moment that i call forth in the experience of the hazard on stage, when the body is on the point. I have a special liking for these intense moments where we have to let thing happen and for these instants where the body leaves and free itself from gravity. This new pice will count four interpreters with skills surpassing the regular territory of a dancer, the fighting body, the body in tension/the body hanging between two axes/ the body dropped in fall. 
Calm and urgency, nothingness and fullfillness.  To the intense physic activity of the fight and of the ascent, as a full effort follows the brief instant of balance, time and movement suspended, every senses awakened, follow by the emptiness of  free fall and then by the absorbed shot violence of landing. I want to put the focus ont the fact that the public's sense of time varies according to body state by empathy with the action on stage modifying our perceptions. 

Luc PETTON 


1 choreographer: Luc Petton
1 artistic collaborator: Marilén Iglesias-Breuker
1 "aerial" artistic consultant: « aérien » : Antoine Rigot
1 stage designer : Patrick Vindimian
2 contemporary dancer, 1 man, 1 women and 2 cicus artists (casting in in progress) 
1 composer: Xavier Rosselle
1 light designer: Sylvie Vautrin
1 costumes designer: Sophie Jeandot

MUR04~1

thumb_08_1024

Hexicosiedre flottant

Version EN 
drapeau-anglais

IKABA


Ce titre est un rapprochement entre IKB, International Klein Blue inventé par Yves Klein et Ikiba, mot japonais qui désigne l’endroit où l’on voudrait aller, où on doit aller que l’on pourrait rapprocher en français de la recherche d’un support quand on a « perdu pied ».

Depuis ses premières créations, Luc Petton n'a de cesse d'explorer l'instant fragile où tout peut basculer, l'équilibre instable d'un point d'appui éphémère, la vision de la chute suspendue, comme hors du temps, le jeu subtil entre volonté et laisser-être, acceptant avec bonheur l'accident générateur. Encore plus dans ces derniers projets danse et oiseaux, il pratique une notion d'accueil de l'aléa et de la fugacité qui résonne avec certaines expériences emblématiques d'Yves Klein. Un univers artistique dont certains éléments seront revisités dans IKABA, sa prochaine création.

Note d’intention : le corps en instance
Par ma pratique initiale d’un art martial puis de la danse j'ai développé un sens aigu du temps présent que je convoque dans l’expérience de l'aléa sur scène lorsque le corps est en instance. J’ai le goût pour ces moments intenses où il faut laisser advenir et pour ces instants où le corps en proie à un certain vertige quitte le sol et s’affranchit des lois de la pesanteur. Cette nouvelle création sera interprétée par quatre interprètes, aux aptitudes dépassant le  territoire habituel du danseur, le corps en lutte et en tension/le corps en suspension entre deux axes/ le corps lâché,  en chute. 
Le calme et l’urgence, le vide et le plein. A l’intense activité physique de la lutte et de l’ascension, le plein de l’effort, suit l’instant bref de l’équilibre, temps et mouvements suspendus, tous sens en éveil, suivi par le vide de la chute libre puis par la violence amortie de la réception. Je veux éclairer le fait que la perception temporelle du spectateur est mobilisée de façon très différentes durant ces trois phases. Le temps varie selon les états de corps. L’empathie à l’œuvre modifie nos perceptions.

Luc PETTON 


1 chorégraphe : Luc Petton
1 collaboratrice artistique : Marilén Iglesias-Breuker
1 conseiller artistique « aérien » : Antoine Rigot
1 scénographe : Patrick Vindimian
2 danseurs contemporains, 1 homme 1 femme et 2 artistes circassiens (distribution en cours)
1 compositeur : Xavier Rosselle
1 créatrice et régisseuse lumière : Sylvie Vautrin
1 costumière : Sophie Jeandot

SEPTEMBRE 2013

BAR-LE-DUC (55)
L'acb
Drôles d'oiseaux et Cygnatures
> Samedi 28 Novembre à 20h30

OCTOBRE 2015

OCTOBRE 2013

ALES (30)
Le Cratère, scène nationale
SWAN
> Jeudi 17 octobre à 19h et Vendredi 18 octobre à 20h30

NOVEMBRE 2013

AULNAY-SOUS-BOIS (93)
Théâtre Jacques Prévert
SWAN
> Mercredi 13 novembre à 20h30
COMPIEGNE (60)
Espace Jean Legendre
Oscar - présentation jeune public
> Mardi 26 novembre
LES SABLES D'OLONNE (85)
Centre des Congrès les Atlantes
SWAN
> Samedi 23 novembre à 20h30
TOURNEFEUILLE (31)
L'Escale
SWAN
> Samedi 30 novembre à 20h30

DECEMBRE 2013

SAINT-BRIEUC (22)
La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc
SWAN
> Jeudi 5 et Vendredi 6 décembre à 20h30

FEVRIER 2014

FONTAINEBLEAU (77)
Théâtre municipal
Drôles d'oiseaux : Oscar et Cygnatures> Mercredi 10 mars à 20h45
> Vendredi 14 février à 20h30

NOVEMBRE 2014

COMPIEGNE (60)
Espace Jean Legendre
Petit à Petit Light Bird fait son nid !
> Mardi 25 novembre à 20h

OCTOBRE 2015

DECEMBRE 2014

AMIENS (80)
Maison de la Culture
Résidence de création Light Bird
> du mercredi 10 au vendredi 12 décembre
AMIENS (80)
Maison de la Culture
Résidence de création Light Bird
> du mercredi 16 au jeudi 18 décembre

JANVIER 2015

REIMS (51)
Opéra
Résidence de création Light Bird
> du vendredi 2 au mercredi 7 janvier 
VITRY-SUR-SEINE (94)
La Briqueterie - CDC du Val de Marne
Résidence de création Light Bird
> du lundi 19 au samedi 31 janvier
Répétitions publiques les jeudi 22 et vendredi 23 janvier
et les mercredi 28 et jeudi 29 janvier
AURILLAC (15)
Théâtre d'Aurillac
Oscar
> Dimanche 25 janvier à 16h 
CEBAZAT (63)
Le Sémaphore
Oscar
> Mercredi 28 janvier à 20h30 
AMIENS (80)
Maison de la Culture
Résidence de création Light Bird
> du mercredi 13 au vendredi 15 janvier
YZEURE (03)
Théâtre Silvia Montfort
Oscar
> Vendredi 23 janvier à 20h30
CUSSET (03)
Théâtre de Cusset
Oscar
> Mardi 27 janvier à 20h30

FEVRIER 2015

METZ (57)
L'Arsenal
Résidence de création Light Bird
> du samedi 7 au samedi 21 février

MARS 2015

COMPIEGNE (60)
Espace Jean Legendre
Spectacle pilote Light Bird
> Mercredi 10 mars à 20h45
> Jeudi 11 mars à 20h45

AVRIL 2015

REIMS (51)
Opéra
Résidence de création Light Bird
> du vendredi 10 au jeudi 16 avril 
PARIS (75)
Théâtre nationale de Chaillot
Résidence de création Light Bird
> du mardi 21 avril au samedi 2 mai
REIMS (51)
Opéra
Spectacle pilote de Light Bird
> Vendredi 17 et Samedi 18 avril à 20h30
> Dimanche 19 avril à 14h30
Renseignements et réservations au 03 26 50 03 92

MAI 2015

PARIS (75)
Théâ
Première de Light Bird
> Mardi 5, Mercredi 6, Jeudi 7, Vendredi 8 mai à 19h
> Mardi 12, Mercredi 13 mai à 19h

Version FR
drapeau fr

SWAN
creation for dancers and swans

Heaviness and grace, the swan appears as the most ambivalent of birds…

 “There is nothing heavier than a dead bird and the death of a swan weighs heavily in the heavens of Dance!
Humanist poets use the swan as a symbol where, in the white abstraction of winter, the face of man takes shape between dream and reality, between hope and fate, between the departure of life and the arrival of death. The swan acts as a mirror to man, gazing into the smooth, hard surface of a reflecting lake that splits then reflects two infinites back to back: the luminous sky and the dark, unfathomable depths. The swan is also a symbol of reflection in the sense that it makes us think. As Nietzsche said, philosopher of dance, the surface is deep. And the apparent lightness of the swan feeds off of its weight. It is a living unit of opposites.” Alain Foix.

Like a palimpsest of Swan Lake by Petipa-Ivanov, swathed in the magical-poetic atmosphere of Ovid’s Metamorphoses, SWAN is a creation that reopens, with a large-sized bird, the many hours of research carried out for ‘La Confidence des Oiseaux’.

The vibrant, enduring symbol embodied by the swan, with the weight of its long-lasting emotions, contains very powerful images loaded with aura, just like a crystal in times when the Past met the Present (W. Benjamin).

SWAN sits in a poetic time-space where the frontiers are blurred between animality and humanity, between the elements of air, earth and water, like a time when we still walked on metamorphoses, a time when everything was contiguous. This creation combines archaism of image with handling of modern choreography, a paradox that sheds light on buried territories conveying unexpectedly vivid emotions.

ParmAdami_Logoi les danseuses de SWAN, quatre jeunes artistes bénéficient du programme Talents Danse ADAMI. Elles s’appellent Anaïs Barthe, Delphine Berdiel, Aurore Godfroy et Katia Petrowick. Agées de moins de 25 ans, elles ont été repérées et sont accompagnées par l’Association artistique de l’Adami, coproductrice des premières représentations de Swan aux côtés de la Compagnie Le Guetteur. C’est pour elles une formidable porte d’entrée dans le monde professionnel. 
Depuis plus de quinze ans l’Association artistique de l’Adami conçoit, produit et développe des opérations ayant pour objectif de révéler aux professionnels et au public des artistes interprètes de talent. Plus de 1.000 artistes en démarrage de carrière ont ainsi bénéficié d’une direction artistique, d’un soutien promotionnel et d’un appui logistique leur permettant d’exprimer leur talent dans des conditions conformes aux meilleurs usages professionnels.
L’Adami répartit les droits des comédiens, chanteurs, musiciens solistes, humoristes, chefs d’orchestre et danseurs pour la diffusion de leur travail enregistré. Elle favorise le renouvellement des talents et consolide l’emploi artistique à travers ses aides à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation professionnelle continue des artistes. 

 

Swan

Le Guetteur/ Luc Petton & Cie
Concept: Luc Petton
Choreography: Luc Petton and Marilén Iglesias-Breuker
Composition and music interpretation: State commission of Xavier Rosselle
Stage design: Raul Pajaro Gomez
Light creation: Sylvie Vautrin
Costumes designer: Marion Egner et Karin Wehner 
Bird keepers: François Coquet et Guillaume Habrias
Stage builder: Alain Bernard Billy
Stage manager: Bruno Bernabé 
Dance, impregnation and studio research: Anaïs Barthe, Delphine Berdiel, Aurore Castan-Aïn, Aurore Godfroy, Katia Petrowick, Marie Sinnaeve

 

Production manager: Jean-Marie Dumont
Administrator: Taraneh Zolfaghari
Production Compagnie Le Guetteur 

Coproductions:  Théâtre national de Chaillot, Théâtre d'Angoulême - Scène nationale, EPCC Théâtre de Bourg en Bresse, Théâtre Château Rouge d'Annemasse, Le Mail -Scène culturelle de Soissons, Scène nationale de l'Oise en préfiguration - Espace Jean Legendre/Compiègne, Opéra de Reims

Compagnie conventionnée par le Ministère de la Culture et la DRAC de Picardie, subventionnée par le Conseil régional de Picardie, le département de l'Aisne, Adama.

In collaboration with le TAP – Scène Nationale de Poitiers, le Centre National de la Danse and le Laboratoire Chorégraphique de Reims.
Thansk to Michel Saint Jalme, researcher at Muséum national d'Histoire Naturelle - director of la Ménagerie du Jardin des Plantes.

Version FR
drapeau fr

 OSCAR

 

Actually we should have written « Oskar » with a K, because the eponymous person is none other than Oskar Schlemmer, one of the Bauhaus founder member (Bauhaus was an architecture school wishing through teaching to reconcile Art and life).

Yet with his choreography Luc Petton invites us to a contemporary comparison. Inspired by the Schlemmer’s Wooden Stick Dance (1927). Petton’s creation explores every resource of the material, wooden sticks, and of the body dressed up with botanical extensions.

Long wooden sticks attached to each limb (hand, for-arm, arm) to which each movement, each angle of the articulations print an astonishing form in space. Dressed up like this, each gesture takes an increased meaning; nothing is banal in this charming mechanic where each gesture develops with space a complex dialog. A work anchored in the dance physicality, experiencing the ludic way of the body and imaginary metamorphoses, with a nice sense of humour.

The inventiveness of the choreographer Luc Petton has not limit: these sceno-costumes compose with grace and mischievousness a cadenced ballet where gigantic insects, martial arts fighters, helicopter… abstract geometric forms evolving in space. But maybe they are only different aspects of the same creature.

The formal and aesthetic research is often breath-taking. The music supports with efficacy the rhythm and the movement. It is not necessary to know all the art references to appreciate the dynamism and the creativity of this show."


 

Show time: 40 mn
Concept and choreography : Luc Petton
Artistic adviser: Marilén Iglésias Breuker
Scenography and costumes : Jean-Paul Céalis and Luc Petton
Lighting design: Sylvie Vautrin
Dancers : Cyrille Bochew, Mélisande Carré-Angéli, Céline Coessens, Tuomas Lahti

Version FR
drapeau fr

Ballet of the french language's origin


This project is born from the meeting between the writer Pascal Quignard and the choreographer Luc Petton. The concept is to give back some presence by voice and danse to the first texts attesting the creation of the french language in patrimonial places, related to History.
The first part of this series took place at the Abbaye Saint-Riquier under the title : "Life and Death of Nithard, performance of darkness"

Statement of intent : 
In the majestic place that is the Carolingian abbey of Saint Riquier, Luc Petton and Pascal Quignard join forces for a unheard body and voice creation upon the "re-burial" ceremony of Nithard, grandson of Charlemagne, considered as the writer of the first French text. The recent discovery of his remains, in the very same moment that the abbey was renamed "Writing Abbey" sparked off a great emotion tinged by mystery.  Anne Potié, director of the Centre culturel de rencontre, wished to commemorate this unique instant by a creation under the form of a ceremony, entrusted Pascal Quignard and Luc Petton, choreographer in residence at the Abbaye de Saint Riquier until 218. In the Abbey plunged in darkness, the Saturday 7th of  November 2015, the spirit of Nithard lived again for a few moments, wrapped by words, steps and wings brushes, before returning  to his rest "under the stars" according to his wish.

Pascal Quignard and Luc Petton intended to enrich the creation with new texts and new danced sequences, linked to the patrimonial places that will welcome the next performances.  


ConceptLuc Petton & Pascal Quignard
Text: Pascal Quignard

Choreography and staging: Luc Petton
Artistic collaboration: Marilén Iglésias-Breuker
Music creation: Xavier Rosselle
Costumes: Sophie Jeandot
Interpretation: Marie-Laure Agrapart, Tuomas Lahti, Luc Petton, Pascal Quignard, Xavier Rosselle
Bird keeper: Marion Dupire-Angel 

_DSC8422

_DSC8472
_DSC8427

Version FR
drapeau fr
 

Luc PETTON,  choreographer - founder of the Company Le Guetteur


thumb_20_1024Born in Brittany, at the confines of sea and land, Luc would use the constant transformation of Nature as the basis for his pastimes and his sense of observation. Fascinated by movement, he attended intense Karate classes and progressed as far as the black belt level. During his first visit to Paris when he was 18, he discovered a different form of movement – the art of dance. It was love at first sight!

In 1979, Luc Petton obtained a grant from the Conservatoire National des Arts du Cirque et du Mime. He became ever more involved in dance; his encounter with Moses Pendelton, Director of Pilobolus, acted as a springboard for his future career by encouraging him to travel to New York to work with Alwin Nikolaïs. No sooner had he arrived at Nikolaïs’ Dance Theater Lab in 1980, than he was granted a work scholarship. Here he also attended lessons by Hanya Holm and Murray Louis. He made friends with Steve Paxton and discovered the “contact-improvisation” style. In 1981, he returned to Europe and met Suzanne Linke who hired him at the Folkwang Tanz Studio in Essen (Germany) where he remained for 3 years. With a grant from the Ministry of Culture in 1984, he returned to New York where he had the opportunity to perfect his work alongside Ruth Currier, the early dance partner of José Limon, while opening his horizons at the School for Movement Research with a new approach to body movement. He moved in the same circles as Trisha Brown.

In 1985, he started experimenting with his own personal choreographies and returned to France where he founded the ‘Compagnie Icosaèdre’ with Marilén Iglesias-Breuker winner of the dance competition ‘Prix l’Eté de la Danse 85’, and accepted in residence at the Maison de la Culture in Reims.

Photo CV 1In 1994, he created Le Guetteur Luc Petton & Cie which was a first step along the remarkable road to the world of French choreography. He distinguished with his first creations If and Oscar, which opened at several cultural events such as the ‘îles de Danse’, the ‘Biennale du Val de Marne’, the ‘Festival de Marseille’, the ‘Biennale de la Danse de Lyon’...

In 1999, a particular commission from the ‘Biennale de la Danse du Val de Marne’ gave him the opportunity to revive his first love for the martial arts, with the creation of “Polemos - du duel au duo”. With this play, using two dancers and 3 champions from the world of karate, he began his research into the idea of ‘laisser-être’ [let be] which he continued to develop and around which he based his subsequent project using birds.

Endowed with a delicate, flowing style, his dancing is full of lightness and elegance. His penchant for aerial movements of the body was especially visible in his creations between 2000 and 2002 and led him to show an interest in the mechanics of flight (Sur le fil de minuit, created for the junior section of the national conservatory of arts, the ‘Ballet Junior du CNSM de Paris’) but also anything to do with the magic of the weightless body (Sans abord réel).

Fascinated by birds since he was a child and an avid ornithologist, in 2004 he launched the fabulous creative adventure associating dancers and live birds on stage. Two projects were born under the generic name La Confidence des oiseaux: the first was an open-air performance, created in 2005 for ‘Art Danse Bourgogne’ in Dijon and for ‘les Envies-Rhônements’ festival. The second was destined for the theatre, with a preview performance in 2006 at the Faïencerie in Creil. In 2008, at the ‘Hivernales d’Avignon’ festival, he presented for the first time a new version called Migration d’été using two new birds; it was an enormous success with performances at the ‘Festival d’Avignon’ that same year, then at the ‘Théâtre National de Chaillot’.

The adventure continues with the creation of SWAN, a play for swans and dancers. Luc Petton was selected by ADAMI – an association defending the rights of arts professionals – to act as choreographer for the Talents Danse 2012 project.

Light BirdSince 1997, he leads with his Company interventions in hospitals in the frame of the national project "Culture à l'Hopital" to disabled children and aged people. Thanks to the bird and dance mediation, Luc Petton wishes to open culture and dance to everyone by breaking down the barriers between the public, the style and the ages and even the laguages, because birds and dancers are not subjected to the linguistic barriers. On a poetic mode, Luc Petton participes to the Cultures becoming closer, by mixing timeless emotions and contemporary.

In July 2013, he become Officer of the Arts and Letters Order.

Since 2013, he works on the creation of « Light Bird » the third and last triptych part with birds, staging red crowned cranes and dancers, in relationship with South Korea. The worldwide premier took place at the Théâtre national de Chaillot in May 2015.

Créations


2015 : Creation of Light Bird at the Théâtre national de Chaillot in may
 
2014/2015 : First shows of the project Light Bird
 
2013 : Spring, hatching of the crane's eggs and impregnation protocol start 
 
2012 : Creation of Swan at the Théâtre national de Chaillot and tour start
 
2011/2012 : Swan choreographic creation for swans and dancers
 
2010 : CAvAlle !, presents 2 stallions, a crow, 3 dancers and 1 musician
 
2008 : Migration d'été (nouvelle d'été), Hivernales d'Avignon, Théâtre national de Chaillot
 
2007 : Objet près-loin, for the Museum of Picardie
 
2006 : La Confidénce des oiseaux - theatrical version, at Faïencerie in Creil
 
2005 : La Confidence des oiseaux - open-air version, created for Art Danse Bourgogne à Dijon and for Les Envies-Rhônements, festival in Camargue
 
2002 : Sur le fil de minuit, co-production by l'Echangeur in Fère en Tardenois
 
2000 : Sans abord réel, for the Ballet Junior du Conservatoire National Supérieur de Paris
 
1999 : Polemos - du duel au duo, commissioned by the 'Biennale du Val de Marne', the play presents dancers and high-level Karatekas.
 
1997 : Oscar, inspired by the work of Oskar Schlemmer, presented on stage during the 'Biennale du Val de Marne' (performed 160 times in France and abroad) 
 
1996 : IF, trio for 2 men and 1 stage, created at the Théâtre Ayoama in Tokyo
 
1994 : Le Grand Vivant, created for the opening of La Comète -national stage of Châlons-en-Champagne, focusing on a work of the visual artist Louis Lutz
 
1992 : L'âme des Pierres, solo in the film directed and orchestrated by Susumu Yoshida, co-written with Marilén Iglesias-Breuker, broadcast by ESSEI-CHannel, Tokyo
 
1989 : Kodama - L'esprit de l'arbre, solo to music of Susumu Yoshida


-Light Bird -

Dancers and red crowned cranes

Statement of intent


From the beginning, the question we asked ourselves as choreographer, has been the one about the sharing with the other, an « other » of a different kind of species. Which possibility of communication with it ? What space can we create so the relation can exist, without giving it all the place ? Like the philosopher Vinciane Despret says : « with the animals, we welcome with the body ». Who better than the dancer then can be this relation vector ?

The choreography sets down intervals to create the welcome : the birds welcoming the dancer and the dancer welcoming the birds. In rehearsal the cranes are curious like children, they are coming to search, examine, listen, and, thanks to their size, they take a royal place on the stage. The dancer pays great attention and answers in a precise and random way at once. The stage becomes a place of coexistence,where the five interpreters from different generations, from 19 to 58 years, from different cultures and training, progress and adopte each other in respect, as well as they adopt the cranes. Sharing the stage with the cranes makes us enter in another temporality, like in a suspended time, sort of truth from the daily reality.

The crane is a paradoxal animal, we feel her prehistory and her metaphysics coexisting in a stunning way. Despite the impregnation, it stays potentially dangerous. One do not catch a crane's eye without something resonating, something matter of an immemorial feeling.

Danser avec des oiseaux implique une disposition à l’imprévisible. Les interprètes, danseurs et musicien, ont développé une aptitude à l’aléatoire tout en restant vigilants à la trame du spectacle. La composition est à la fois structurée et «entr’ouverte». Elle trouve sa conclusion sur le plateau avec une part de création in vivo. Ce caractère se retrouve également dans la scénographie de Patrick Bouchain. Le sol, constitué de peaux, devient un vivant biotope sujet à froissements, à mouvements et respiration. Rien de ce qui est donné a priori ne reste figé et univoque.

 

 De même, la lumière de Philippe Berthomé crée un espace dynamique qui ponctue l'action, tantôt la précédant tantôt la suivant. Les grues se sont révélées beaucoup plus réceptives à la musique que les autres espèces, avec une écoute très fine, sensible aux variations les plus subtiles, une caractéristique intégrée par Xavier Rosselle dans la composition et restituée en direct sur scène. Le musicien, le souffle, devient partenaire de jeu aussi bien pour les danseurs que pour les grues.

La grue de Mandchourie, malgré le symbole d’immortalité qu’elle incarne, reste paradoxalement une espèce menacée d’extinction en raison de la destruction de son biotope naturel. Le taux de reproduction en milieu naturel étant relativement faible certains zoos de par le monde participent à la sauvegarde de cette espèce en faisant éclore des oeufs sous contrôle vétérinaire. Le Parc de la Tête d'Or à Lyon a permis d’engager tout le processus d’éclosion et de sociabilisation, poursuivi ensuite au parc zoologique d’Amiens Métropole, collaborateur de la première heure, qui accueille aujourd’hui les six oiseaux de la création et participe activement et quotidiennement au projet. Les descendants de ces oiseaux feront partie d’un programme de sauvegarde des espèces par la réintroduction et le repeuplement en milieu naturel. Un parallèle entre Nature et Nature humaine apparaît ainsi. Préserver nos espaces naturels, c'est aussi préserver nos espaces culturels, nos territoires de l'imaginaire. La psyché de l'homme s'est élaborée de pair avec l’évolution de son environnement dont elle est l'écho. Elle vit en union indissociable avec le corps et avec le corps du monde. Si l'environnement naturel s'appauvrit, c'est notre monde culturel qui s’appauvrit. Dès lors ne pourrait-on parler d'une écologie de l'âme ?

Luc Petton

Casting
Concept: Luc Petton
Choreography, staging: Marilén Iglesias-Breuker et Luc Petton
Assistant: Marie-Laure Agrapart, Philippe Ducou
Studio research: Sun-A Lee, Yura Park, Gilles Noël
Scenography: Patrick Bouchain
Music composition: Xavier Rosselle
Light creation: Philippe Berthomé
Costume's designer:  Sophie Jeandot
Bird's consultant: Eric Bureau
Light manager: Sylvie Vautrin
Stage manager: Patricio Gil
Stage builder : Ateliers Devineau
Bird keeper : Dune Pokrovsky and bird keepers of the Zoo of Amiens
Friendly collaboration of the philosopher: Vinciane Despret
With: Sun-A Lee, Yura Park, Gilles Noël , Luc Petton, Xavier Rosselle and the red crowned cranes
Administration : Taraneh Zolfaghari
Production : Jean-Marie Dumont
Oraganization : Hélène Pallut

Production : Company Le Guetteur
Coproductions
Théâtre national de Chaillot – Paris / Scène nationale de l’Oise en préfiguration – Espace Jean Legendre –Compiègne / Opéra de Reims / Parc zoologique d’Amiens Métropole/ Maison de la Culture d’Amiens, centre de création et de production  / L’Arsenal – Metz / La Briqueterie – CDC du Val-de-Marne

Partnerships
Institut Français de Séoul /  L’Echangeur – Centre de Développement Chorégraphique de Picardie / Parc de la Tête d’or - Lyon /  Laboratoire Chorégraphique de Reims

Thanks to Xavier Julliot, Césaré - Centre National de Création Musicale and to M. Won-Il, artistic director of the National Orchestra of the National Theater of Korea

With the support of the ADAMI,
L’ADAMI, company of the artists-interpreters, manage and develop their rights in France and in the world for a fairer pay of their talent. It accompanies them although by its financial subsisdies to artistic projects.

ACTUALITES

Jeudi 8 décembre à 20h30
Vendredi 9 décembre à 19h30

LIGHT BIRD
au Théâtre d'Auxerre (89)
Renseignements et Réservations

Vendredi 13 janvier à 20h30

LIGHT BIRD
au Théâtre Edwige Feuillère - Vesoul (70)
Renseignements et Réservations

Mercredi 5 avril à 10h (scolaire) et à 15h

OSCAR
Théâtre Guy Sabatier
à la Maison des Arts et des Loisirs - Laon (02)

En cours de rédaction

Version EN
drapeau-anglais

Compagnie LE GUETTEUR

Créée en 1994 , la Compagnie Le Guetteur noue des liens avec la Picardie lors de la présentation de la pièce Le Grand Vivant au Théâtre Jean Legendre de Compiègne. Cette création de Luc Petton va permettre d’entamer une implantation durable dans cette région. Tout d’abord en résidence à l’Abbaye de Saint-Michel en Thiérache puis à la Maison des Arts de Laon de 1995 à 1997, la Compagnie sera également accueillie à Abbeville, Château-Thierry et Soissons successivement jusqu’en 2012.

Les créations de la compagnie sont assumées par Luc Petton, qui dès ses premières œuvres, amorce un parcours singulier sur la scène chorégraphique française, se faisant notamment remarquer avec If et Oscar, qui tournent en France et à l'étranger. Les pièces suivantes, comme Polemos, Sur le fil de minuitSans abord réel confirment un intérêt du public et des professionnels qui s’affirmera à partir de 2004 dans son projet avec les animaux.

C'est en 2005 que Luc Petton crée La Confidence des Oiseaux, en version plein air puis en version théâtre. Cette pièce amenant sur scène une trentaine d'oiseaux, rencontre un véritable succès lors de son passage au Festival d'Avignon et au Théâtre national de Chaillot en 2008. L'aventure se poursuit avec SWAN pièce chorégraphique pour cygnes et danseuses, revisitant le mythe de Léda et le Lac des Cygnes, présentée en juin 2012 au Théâtre national de Chaillot et ayant conquis à chacune de ces présentations un public toujours plus nombreux et émerveillé. Luc Petton achève son triptyque avec la création de Light Bird, pour danseurs et grues de Mandchourie, dont la première a été présentée à nouveau au Théâtre national de Chaillot en mai 2015, après des avant-premières en Région notamment une première présentation publique à l'Espace Jean Legendre de Compiègne.

Attentif à son répertoire, Luc Petton décide en 2013 de recréer sa pièce Oscar en version quatuor. Plus légère, adaptée à tous les lieux du territoire, elle permet une sensibilisation aisée à travers des ateliers ludiques et une réflexion sur l'histoire de la danse. Une caractéristique importante compte tenu du travail de médiation que la Compagnie développe lors de ses différentes résidences.

De 2009 à 2012, en résidence au Mail, scène culturelle de Soissons, l’équipe de la Compagnie développe une action de sensibilisation sur le territoire du soissonnais et dans le département de l'Aisne, ayant à cœur de démocratiser l'accès à la culture chorégraphique pour tous les publics. Un engagement que l’on retrouve dans le programme Culture à l’Hôpital auprès de personnes âgées, d'enfants handicapés, mais aussi dans les maisons d'arrêt. De 2012 à 2015, la résidence de la compagnie Le Guetteur à l'Espace Jean Legendre de Compiègne se réalise dans la même optique.

Parallèlement, une résidence extraordinaire avec grues et danseurs est mise en place au Parc zoologique d'Amiens Métropole et à la Maison de la Culture d'Amiens. Ce binôme permet à Luc Petton de mener les recherches spécifiques liées à cette création très différentes des deux précédentes. Les ateliers, masterclasses, conférences occupent une très grande partie des activités de la compagnie (plus d'une vingtaine d'actions en 2015 pour 350 heures d'ateliers), en cherchant à sensibiliser un public toujours plus large dans ce souci de démocratisation de la danse contemporaine. Une même notion de vie nourrit création et actions sur les territoires.

Création

luc-petton-imLuc Petton
Conception / Chorégraphe

sv-11Sylvie Vautrin
Lumière

6c1ba5_43603689b35f401b8e0721e94586287dXavier Rosselle
Composition musicale

 

Interprétation


Marie-Laure Agrapart, danseuse

Formée à la danse classique aux conservatoires d'Angers et de Paris, Marie-Laure suit parallèlement une formation contemporaine au cours du soir du CNDC d'Angers, auprès d'Aline Roux à Paris et à The Place à Londres.
Elle commence sa carrière à l'étranger, en Belgique d'abord, avec le Ballet royal des Flandres, puis en Angleterre, au Northern Ballet Theatre à Leeds, et enfin à Londres, avec la Rambert Dance Company où elle travaille notamment avec Christopher Bruce, Merce Cunningham, Jiri Kilian, etc. Encore aujourd'hui, Marie-Laure poursuit son travail d'interprète avec Laura Scozzi, Luc Petton et la Cie F(x) de Fabrice Merlen. Dans le cadre des cartes blanches de la Rambert Dance Company, elle présente ses premiers travaux chorégraphiques en 1997 à Londres. Depuis 2000, elle vit à Paris, où elle fonde sa compagnie en 2002 et crée des pieces sur commande.


t14

 

Cyrille Bochew, danseur

C'est avec les Beaux-Arts que sa formation artistique commence, puis en danse chez Marika Besobrasova, Rosella Hightower et le CNDC d'Angers. Il travaille pour les compagnies Jacky Taffanel, Jean Christophe Bleton, Yuval Pick, Eugénie Andrin... Et depuis 2004 il travaille pour la compagnie de danse de Luc Petton. Avec différents chorégraphes et aussi avec l'association Danse au Coeur, il mène des ateliers de danse en milieu scolaire ainsi qu'en IME. Il est aussi notateur du mouvement en système Laban.

LPH1093014

Aurore Castan-Aïn, danseuse

Médaillée d’or en jazz (conservatoire national de Troyes), elle intègre la Compagnie Les Ballets Libre-Cours à Troyes. Formée ensuite à l’institut de formation professionnelle de Rick Odums (Paris) de 2000 à 2002, elle rentre dans la compagnie moderne Tatoo de Florence Meregalli qui intègre des danseuses handicapées pour la création La Légende du Corail Rouge avec qui elle donne également des stages et ateliers de danse moderne; en 2005, elle crée son premier solo à Troyes, Am’mort.

t20

Céline Coessens, danseuse

Danseuse et chorégraphe née à Romilly-sur-Seine. Après des études de danse classique, elle suit une formation à l'université Paris IV Sorbonne, où elle étudie avec Suzon HOLZER, Cécile LOUVEL, Barbara PEARCE et Gilbert MAYER et obtient une maîtrise en danse. Elle intègre la Compagnie La Licorne en 1990 en tant que danseuse et chorégraphe ainsi que l'Atelier Chorus Danse en 1991. Elle est engagée par les compagnies Le Guetteur et Icosaèdre en 1996. Elle crée ses propres chorégraphies, notamment des soli accompagnés par des musiciens "live". Parallèlement, elle intervient dans le cadre d'actions pédagogiques et de sensibilisation et obtient le diplôme d'Etat en danse contemporaine.

t37

Mélisande Carré-Angeli, danseuse

Née en 1980, elle suit une formation au CNR de Rennes de 1987 à 1994. Elle se perfectionne au CNSMDP où elle obtient le premier prix du Certificat d’Aptitude de Danse Contemporaine. Depuis 1999, elle travaille pour différentes compagnies de danse contemporaine sous la direction de chorégraphes tels que : Luc Petton, G. Batezzato, P. Telleria, S. Mathey et L. Salvadori.
Titulaire du Diplôme d’Etat de Danse Contemporaine, Mélisande est interprète de la Compagnie Picometre depuis 2001.

 

Aurore Godfroy, danseuse

Elle suit le cursus de danseuse-interprète au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, de 2005 à 2010. Elle est amenée à interpréter le duo Intervalle de Paco Décina et  le solo Rois de Cécile Loyer ainsi qu’à travailler avec la chorégraphe Christine Bastin dans sa création L’Entrouvert.
Son parcours la mène à collaborer avec le chorégraphe Florian Bilbao. Elle l’assiste sur le projet City Maquette lancé par Mathilde Monnier au Théâtre de la Cité Internationale et performe à l’Institut Français de Berlin en 2010. En 2011, elle s’engage avec la compagnie C’Interscribo de Tatiana Julien où elle interprète  Eve sans feuille et la cinquième côte d’Adam puis La mort et l’extase.
 Lauréate du concours Talents Danse Adami 2011, elle intègre la compagnie Le guetteur de Luc Petton  pour la création SWAN. 

 

t16

Tuomas Lahti, danseur

Après une formation à l’école du Ballet de l’Opéra National de Finlande, puis au Centre Nationale de Danse Contemporaine d’Angers, il est interprète en 2001 dans la Compagnie Marion Ballester et celle de Luc Petton. En 2002, il entre au Centre Chorégraphique National de Rennes, dirigé par Catherine Diverrès. En 2003, c’est la rencontre avec Christiane Balise. Il rejoint la Compagnie Thomas Duchatelet en 2004 pour la création Entre o (…) et l’Infini et interprète le role-titre dans la pièce Nakkï créée par la compagnie finalandaise Glims & Gloms dirigée par Tuomo Railo. En 2005, il faut une reprise de rôle pour la Compagnie Faizal Zeghoudi dans la pièce Maison de Loth.
En 2006, il rejoint la compagnie Gilles Veriepe pour la création Zoet, et poursuit son travail avec la compagnie de Luc Petton pour la création La Confidence des oiseaux, joué au Festival d’Avignon 2008. La même année, il poursuit sa collaboration avec la Compagnie Thomas Duchatelet dans la création Oculus. En 2009, il rejoint la compagnie Michel Kelemenis pour les créations de Alea et Disgrâce qu’il interprète ensuite en tournée 2010.

 

Sun-A Lee, danseuse

L’artiste coréenne Sun-A Lee est repérée en Europe en 2007, suite à son solo Performing Dream qui remporte en début d'année le prix de l'Ambassade de France au concours Yokohama Dance Collection. Elle remporte une résidence de six mois en France, suivie du prix du jury et du prix du public lors du festival espagnol Masdanza. En 2011 elle y sera de nouveau lauréate avec Waves. Juste après, elle entre en résidence de création pour Touch ! qui voit le jour en 2012.
Elle fonde sa recherche sur le micromouvement qui met en valeur les moindres articulations du corps. Ses pièces ont été présentées dans une quinzaine de pays d’Europe et d’Asie. 
Elle collabore également avec d'autres chorégraphes, notamment en tant que soliste dans Light Bird, la création 2015 de Luc Petton, présentée en première mondiale au Théâtre National de Chaillot en mai 2015.
Egalement, son solo Waves (2010) a été transmis à la Compagnie Grenade de Josette Baïz  qui l’intègre à son répertoire en 2014. 

Yura Park, danseuse

Elle commence à étudier la danse dès 7 ans. En 2011, elle obtient son diplôme en danse traditionnelle coréenne à la Séoul Arts HighSchool et a achevé son cursus à la Korea National University of Arts de Séoul.

Guillaume Zimmermann, danseur

Il débute ses études au Conservatoire de Martigues puis à l’Ecole nationale supérieure de danse de Marseille – Marie Claude Pietragalla et se forme ensuite à différentes techniques chorégraphiques (classique, contemporain, modern-jazz). Médaillé d’or des rencontres chorégraphiques nationales, il intègre ensuite les productions de Jean-Claude Gallotta, Patrick Dupond, Karine Saporta ou encore le dernier spectacle de Bobino.

Presse écrite


 

Dance Korea Webzine - Juin  2016


Saarbrücker Zeitung - Janvier 2016

02.12.2015 - Hommage à Nithard - Danser Canal Historique - copie
Danser Canal Historique - Décembre 2015

KMIB.co.kr - Mai 2015

KMIB.co.kr - Mai 2015

 Danser canal historique - Avril 2015

Danser Canal Historique - Avril 2015

La Repubblica - Avril 2015
La Republicca - Avril 2015

Danza - Décembre 2012
Danza & Danza - Décembre 2012

La Stampa - juin 2012

La Stampa - Juin 2012

Le Monde - juin 2012

Le Monde - Juin 2012

NY Times - juin 2012
New York Times - Juin 2012

Paris Match - Mai 2012
Paris Match - Mai 2012

03.03.2016 - La Provence - copie
La Provence - Mars 2016


Le Jeudi - Janvier 2016

06.11.2015 - Nithard - Courrier Picard - copie
Courrier Picard - Novembre 2015

Téléréma  - Avril 2015

Télérama - Avril 2015

La Terrase - Light Bird - 19.04.2015 - copie

La Terrasse - Avril 2015

Lettre de la scène nationale de l'Oise janv juin 2015 - copie
Lettre de la scène nationale de l'Oise - Janv/Juin 2015

Vogue Italia - septembre 2012

Vogue Italia - Septembre 2012

Télérama - juin 2012
Télérama - Juin 2012

Tanz - juin 2012

Tanz - Juin 2012

La Republicca - juin 2012

La Republicca - Juin 2012

Le Figaro - Juin 2012

Le Figaro - Mai 2012

ça m'intéresse - Hors série mars 2016
Ca m'intéresse - Février-Avril 2016

01.2016 - L'oeil de Sylvie Thébaud - copie
L'Oeil de Sylvie Thébaud- Janvier 2016

Cassandre Horschamps - Automne 2015 - copie

Cassandre Hors Champs - Automne 2015

Le Monde - Avril 2015

Le Monde - Avril 2015

l'Union - Avril 2015

L'Union - Avril 2015

19.10.2013 Le Monde - Bêtes de Scène
Le Monde - Octobre 2013

Le Figaro - juin 2012

Le Figaro - Juin 2012

Libération - juin 2012

Libération - Juin 2012

Le Monde Magazine - 9 juin 2012

Le Monde Magazine - Juin 2012

Danser - Mai/Juin 2012

Danser - Mai/Juin 2012

swan suède
Dans - Suède - Novembre 2011


La Semaine Moselle - Janvier 2016

Dance International - Winter 2015 (glissé(e)s) - copie
Dance International - Winter 2015


Le Républicain lorrain - Mai 2015

Le Figaro - Avril 2015
L
e Figaro - Avril 2015

MagOperLightBrrd - Avril 2015
Magazine Opéra de Reims - Avril 2015

Libération - Mars 2013
Libération - Mars 2013

La Croix - juin 2012

La Croix - Juin 2012

Elle - juin 2012

Elle - Juin 2012

La Vie - Mai 2012
La Vie - Mai 2012

Est Eclair - mai 2013
L'Est Eclair - Mai 2012

Le Monde - Mars 2011
Le Monde - Mars 2011

OCTOBRE 2015

AMIENS (80)
Maison de la Culture d'Amiens
Light Bird
Vendredi 2 et Samedi 3 octobre

> Renseignements et réservations au 03 22 97 79 79

OCTOBRE 2015

SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY (76)
Le Rive Gauche

Light Bird
Vendredi 16 octobre à 20h30

> Renseignements et réservations au 02 32 91 94 94

NOVEMBRE 2015

SAINT RIQUIER (80)
Abbaye de St-Riquier - Baie de Somme / CCR
Vie et Mort de Nithard 
Samedi 7 novembre à 17h

JANVIER 2016

LOUVIERS (27)
Le Grand Forum - scène nationale d'Evreux-Louviers
Light Bird
Vendredi 15 janvier à 20h30
> Renseignements et réservations au 02 32 25 23 89
Site internet de la Scène nationale d'Evreux-Louviers
METZ (57)
L'Arsenal
Light Bird
Vendredi 22 janvier à 19h / Samedi 23 janvier à 20h
> Renseignements et réservations au+33 (0)3 87 39 92 00
Site internet de l'Arsenal de Metz
DECINES-CHARPIEU (69)
Le Toboggan - dans le cadre de la programmation de la Maison de la Danse de Lyon
Light Bird
Jeudi 28 et Vendredi 29 janvier à 20h30
> Renseignements et réservations au +33 (0)4 72 78 18 00
Site internet de la Maison de la Danse de Lyon

FEVRIER 2016

LE PERREUX SUR MARNE (94)
Centre des Bords de Marne
Light Bird
Vendredi 12 février à 20h30
> Renseignements et réservations au 01 43 24 54 28
Site internet du Centre des Bords de Marne

MARS 2016

REIMS (51)
Conservatoire à rayonnement régional
Oscar - soirée Les Oscars

Mardi 1er Mars à 20h
> Renseignements et réservations au 03 26 35 61 45
Site internet du CRR Reims
MARSEILLE (13)
Théâtre national de la Criée
Light Bird
Jeudi 3 mars à 20h
Vendredi 4 mars à 19h
Samedi 5 mars à 20h
Dimanche 6 mars à 17h
> Renseignements et réservations au 04 91 54 70 54
Site internet du Théâtre national de la Criée
TROYES (10)
Théâtre de la Madeleine
Oscar - soirée Les Oscars

Mardi 29 Mars à 20h30
> Renseignements et réservations au 0325 43 32 10
Site internet du Théâtre de la Madeleine de Troyes

AVRIL 2016

MAI 2016

PARIS (75)
EHESS - Amphithéâtre François Furet
105 boulevard Raspail - 6ème
Intervention de Luc Petton lors du colloque
Regards théoriques et pratiques sur la créativité
Jeudi 26 mai
site de l'EHESS

JUIN 2016

BUSAN (Corée du Sud)
Busan International Dance Festival
Extraits de OSCAR

3 et 4 juin

_DSC8422

_DSC8472
_DSC8427

Version EN 
drapeau-anglais

Ballet de l'origine de la langue française


Ce projet est né de la rencontre entre l’écrivain Pascal Quignard et le chorégraphe Luc Petton. Le concept est de redonner présence par la voix et par la danse aux premiers textes attestant de la création de la langue française dans des lieux patrimoniaux ayant une relation avec l’Histoire.
Le premier volet de cette série a eu lieu à l’Abbaye de Saint Riquier sous le titre : « Vie et mort de Nithard, une performance de ténèbres »

Note d'intention : 
Dans le cadre majestueux de l’abbaye carolingienne de Saint Riquier, Luc Petton et Pascal Quignard se sont associés pour une création corps et voix inédite à l’occasion de la cérémonie de « ré-enterrement » de Nithard, petit-fils de Charlemagne, considéré comme ayant écrit le premier texte en langue française. La découverte récente de ses ossements au moment même où le site était rebaptisé « Abbaye des écritures » a suscité une émotion toute empreinte de mystère. Anne Potié la directrice de ce Centre culturel de rencontre a souhaité marquer ce moment unique par une création en forme de cérémonie confiée à Pascal Quignard et Luc Petton par ailleurs est en résidence de création à l’abbaye jusqu’en 2018. Dans l’Abbatiale enténébrée le samedi 7 novembre 2015, l’esprit de Nithard était présent quelques instants enveloppé de mots, de pas et de frôlements d’ailes, avant de retourner reposer, selon son souhait, « sous les étoiles ».

Pascal Quignard et Luc Petton se proposent d’enrichir la création avec de nouveaux textes et de nouvelles séquences dansées en lien avec les lieux patrimoniaux accueillant les prochaines performances.


Concept : Luc Petton et Pascal Quignard
Texte : Pascal Quignard

Chorégraphie et mise en scène : Luc Petton
Collaboration artistique :Marilén Iglésias-Breuker
Création musicale : Xavier Rosselle
Costumes : Sophie Jeandot
Interprétation : Marie-Laure Agrapart, Tuomas Lahti, Luc Petton, Pascal Quignard, Xavier Rosselle
Oiseleur : Marion Dupire-Angel 

 

 

LOGO guetteur_burned

 

Président : Patrick Bénammar
Trésorière : Elisabeth Montet
Secrétaire : Laure Guilbert


Chorégraphe et fondateur
: Luc Petton

Chorégraphe et collaboratrice artistique : Marilén Iglesias-Breuker
Compositeur - Musicien : Xavier Rosselle
Créateur Lumière : Sylvie Vautrin
Oiseleur : Dune Pokrovsky

Artistes chorégraphiques 
Marie-Laure Agrapart, Cyrille Bochew, Mélisande Carré-Angeli, Aurore Castan-Aïn, Céline Coessens, Barbara Falco, Aurore Godfroy, Tuomas Lahti, Sun-A Lee, Yura Park, Marie Sinnaeve, Guillaume Zimmermann

Equipe administrative
Admnistratrice : Taraneh Zolfaghari
Chargés de production : Jean-Marie Dumont, Hélène Pallut

 

 

 Association Le Guetteur
Président : Patrick BENAMMAR
Siège social :
Hameau Vendôme - 02130 VEZILLY

Adresse de correspondance :
LE GUETTEUR
11, esplanade des Capucins
51100 REIMS

Tél : 03 26 40 02 41

 

 

Pour mieux partager et suivre l'aventure
du Guetteur, retrouvez-nous sur Facebook et sur Instagram !

Compagnie Le Guetteur - Luc Pettonfacebook-logo
#leguetteurpetton
instagram-logo

Auteur Concepteur
Luc Petton
lpetton@cieleguetteur.fr

Production & Diffusion
Jean-Marie Dumont
jmdumont@cieleguetteur.fr
tél : +33 6 71 54 39 59

Administration de production
Taraneh Zolfaghari
taraneh.zolfagari@club-internet.fr
Tél : +33 (0)6 03 50 02 36

Organisation
Hélène Pallut
uci.production@free.fr
Tél : +33 (0)6 38 78 36 53

swan-couverture-bd

Swan

Auteurs : Rosita Boisseau, Laurent Philippe

Swan, création pour cygnes et danseuses conçue par Luc Petton, n'est pas un spectacle ordinaire : comme en écho à la longue tradition chorégraphique du Lac des cygnes, il se propose de faire danser ensemble six cygnes blancs, trois cygnes noirs et six danseuses.

Au-delà du spectacle, ce livre raconte et montre les étapes de cette expérience artistique et humaine exceptionnelle : la naissance des cygnes, la méthode d'imprégnation avec les danseuses, le travail des répétitions et de l'écriture chorégraphique, enfin le spectacle abouti présenté au Théâtre national de Chaillot....

Relié plein papier - 23 x 30 cm - 160 pages
150 illustration(s)
36,00 € - Paru en octobre 2012

En commande sur www.editions-scala.fr

Xavier ROSSELLE
'Swan'

CD - CÉSARÉ - Réf : Césaré 13/03/13/1

Swan, spectacle chorégraphique pour six danseuses, six cygnes blancs et trois cygnes noirs. Concept : Luc Petton. Chorégraphie : Luc Petton et Marilén Iglesias-Breuker. Composition musicale : Xavier Rosselle. Créé au Théâtre national de Chaillot du 6 au 14 juin 2012. Après la 'Confidence des Oiseaux', 'Swan' est le second volet de la trilogie consacrée à l'univers des oiseaux traité comme expression artistique à part entière. Sur un concept du chorégraphe Luc Petton (compagnie Le Guetteur ), danse et musique dialoguent. Swan se situe dans un espace-temps poétique où les frontières entre animalité et humanité, entre les éléments, air, terre et eau, sont indécises.

Cette création conjugue archaïsme des images et traitement chorégraphique contemporain, musiques acoustiques et musiques électroniques, rythmes primitifs et mélodies contemporaines ; le blanc et le noir. L'inspiration puisée hors de la musique génère la forme, l'écriture et la présentation. Les traitements en temps réel des pas des cygnes, de l'eau, des corps, des cris, des bruits d'aile, se superposent, se mêlent et s'opposent au son acoustique du saxophone. Un univers particulièrement vivant et fragile, immobile et dominant, calme et violent. Xavier Rosselle participe à de nombreuses créations et concerts en tant qu'interprète, improvisateur ou compositeur en France et à l'étranger. Après trois années au sein du 'Quatuor de Saxophones de Versailles'et des 'Desaxes', il se consacre à la création contemporaine et parallèlement il fonde sa compagnie 'Musique Création Diffusion' en 1993 et crée de nombreux spectacles musicaux. Son intérêt pour toutes les formes d'expression artistique l'amène à jouer avec des musiciens de différents horizons (Louis Sclavis, Antoine Hervé) et à écrire des musiques de scène pour le théâtre, les marionnettes et la danse. Pour la composition de la bande originale de Swan, Xavier Rosselle a bénéficié d'une commande de l'Etat.

Parallèlement à sa carrière éclectique de musicien et compositeur, il mène une activité de pédagogue. Titulaire du C.A. il enseigne le saxophone au Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims.

quignard-nitardo_cop-sito

Texte de "Vie et Mort de Nithard" de Pascal Quignard
Création chorégraphique de Luc Petton et Pascal Quignard

Vita e Morte di Nitardo 
Pascal QUIGNARD
Editore Analogon / Collana Entelechìa | 15 gennaio 2016 | pp. 48 | ISBN 9788898630127 | brossura | €10,00
Traduzione di Angela Peduto

«Raro poter coglier sulle labbra di un bambino l’istante in cui il suono diventa parola. Molto rari gli uomini che hanno potuto vedere filmata, o disegnata, la scena esatta in cui hanno avuto origine, prima di essere. Estremamente raro l’istante in cui un sistema simbolico precipita in un altro: la data di nascita della loro lingua, le circostanze, il luogo, il tempo che faceva. La contingenza dell’origine. Il francese ha questa fortuna. Il 14 febbraio 842, un venerdì, sul finire del mattino, sulle rive dell’Ill, in un freddo terribile, sulle labbra dei soldati franchi, mentre proclamano il loro giuramento, una strana nebbia si leva.
Abbiamo chiamato questa nebbia il «francese». Nitardo per primo ha scritto il francese. Vi racconterò questa storia». (Pascal Quignard)

 «Vita e morte di Nitardo, una rappresentazione di tenebre», di Pascal Quignard, andata in scena sabato 7 novembre 2015 alle ore 17 nell’abbazia di Saint-Riquier-Baie de Somme.

Pour se le procurer : www.analogon.it

Version EN
drapeau-anglais

LA CONFIDENCE DES OISEAUX

 

La confidence des oiseauxLa Confidence des oiseaux est une rencontre inédite entre quatre danseurs et trente osieaux invités "en live" sur le plateau. Résultat d'un long travail mené avec des oiseleurs, le spectacle réunit des geais, des étourneaux, des pieds et des corneilles qui "dansent" avec les interprètes dans des représentations chaque fois uniques et spectaculaires. A travers cette ode à la liberté et à la beauté du mouvement, Luc Petton accomplit un geste fort et place au coeur de la création les échanges et les liens de l'homme avec la nature.  

"Au fil des saisons consacrées à ce projet singulier, une notion, que je ne soupçonnais par à l'origine, apparaît comme un maître mot, comme une clef : laisser être. Laisser, non pas au sens d'abandonner, rejeter ou encore ignorer, mais véritablement laisser être, resistuer en sa liberté, délier, renoncer à s'approprier, à faire main basse sur les choses ou les êtres, à les utiliser.

Laissez être, c'est aussi apprendre à tourner le dos à la profusion d'influences qui nous assaillent pour permettre l'éclosion d'un monde autre, fonctionnant sur un autre mode : regarder et aimer les êtes, avec pour unique souci de provoquer chacun à devenir ce qu'il est.

Telle est la voie qui s'ouvre à nous ; poser un autre regard sur le monde, surprendre les créatures dans leur jaillissement, vivre une autre manière de rapport au monde"

Luc Petton  

Concept et Chorégraphie : Luc Petton
Collaboration artistique : Marilén Iglesias-Breuker
Danseurs : Marie-Laure Agrapart ou Marie Sinnaeve, Mélisande Carré-Angeli, Aurore Castan-Aïn, Tuomas Lahti
Musicien-Compositeur : Xavier Rosselle
Oiseleur capacitaire : Tristan Plot
Oiseleur : Julien Durdilly
Oiseaux : calopsittes, corneille, geais, étourneaux, perruches de pennant et pies.

Scénographie : Jean Paul Céalis
Costumes : Raul Pajaro Gomez
Création et Régie lumière : Sylvie Vautrin
Régie plateau : Bruno Bernabé


Production : Compagnie Le Guetteur
En coproduction avec le Théâtre des Hivernales, la Faïencerie, théâtre de Créil
avec l'aide à la résidence de création au 3bisf, Lieu d'Arts Contemporains à Aix-en-Provence et le soutien de l'ADAMI

Version EN
drapeau-anglais

cAvAlle !

En lice, un étalon ibérique, trois danseuses et une corneille évoluent en toute liberté, écrivant en direct une chorégraphie spontanée. Le jeu passe par différentes états - vif animé, voire cabre, au calme apaisé. Dans cette monstration ludique, difficile de dire qui de l'homme ou de l'animal "mène la danse" car la création s'inscrit bien dans le champ de la danse faite d'écoute, de rythmes, d'espaces et de temps partagés. L'improvisation musicale d'un contrebassiste souligne le caractère ouvert de ce jeu en élaboration constante, ponctué par l'arrivée d'une corneille en vol.

L'oeuvre ainsi créée fait chaque fois l'expérience de la connivence qui lie l'homme et l'animal et s'offre au regard des spectateurs, loin des codes convenus de représentation de la danse ou de l'art équestre, se donnant à voir comme un instant de complicité ludique.

Cette proposition singulière s'adapte particulièrement aux lieux patrimoniaux (abbaye, cloître, coeur intérieurs) ou encore aux musées.

 

 

Version EN
drapeau-anglais

SWAN
création pour danseuses et cygnes

Pesanteur et grâce, le cygne apparaît comme le plus ambivalent des oiseaux…

(c) Benoîte Fonton

 

"Rien de plus lourd qu’un oiseau mort et la mort du cygne pèse son poids dans le ciel de la Danse !
Les poètes humanistes se saisissent du cygne comme un signe où se dessine dans l’abstraction blanche de l’hiver le visage de l’homme entre rêve et réalité, entre espérance et fatalité, entre la vie qui s’en va et la mort qui s’en vient. Le cygne est un miroir de l’homme se mirant sur la surface lisse et dure d’un lac réfléchissant qui sépare et renvoie dos à dos deux infinis : le ciel lumineux et les profondeurs noires insondables. Le cygne est un signe qui réfléchit au sens également qu’il donne à penser. Ainsi dit Nietzsche, philosophe de la danse, la surface est profonde. Et la légèreté apparente du cygne s’alimente de son poids. Il est l’unité vivante des opposés."
Alain Foix

 

 

Tel un palimpseste du Lac des cygnes de Petipa-Ivanov, nimbée dans l’atmosphère magico-poétique des Métamorphoses d’Ovide, SWAN est une création qui réinitialise, avec un oiseau de grande taille, les nombreuses recherches menées pour la confidence des oiseaux.

Le caractère vivace et pérenne du symbole incarné par le cygne, avec sa charge d’émotions immémoriales, recèle des images à très forte charge d’aura, comme dans un cristal de temps où l’Autrefois  rencontre le Maintenant (W. Benjamin).

SWAN se situe dans un espace-temps poétique où les frontières entre animalité et humanité, entre les éléments, air, terre et eau, sont indécises, comme dans un temps où l’on marchait encore sur des métamorphoses, un temps où tout était contigu. Cette création conjugue archaïsme des images et traitement chorégraphique contemporain, paradoxe éclairant comme un révélateur des territoires enfouis porteurs d’émotions étonnamment vivaces.

ParmAdami_Logoi les danseuses de SWAN, quatre jeunes artistes bénéficient du programme Talents Danse ADAMI. Elles s’appellent Anaïs Barthe, Delphine Berdiel, Aurore Godfroy et Katia Petrowick. Agées de moins de 25 ans, elles ont été repérées et sont accompagnées par l’Association artistique de l’Adami, coproductrice des premières représentations de Swan aux côtés de la Compagnie Le Guetteur. C’est pour elles une formidable porte d’entrée dans le monde professionnel. 
Depuis plus de quinze ans l’Association artistique de l’Adami conçoit, produit et développe des opérations ayant pour objectif de révéler aux professionnels et au public des artistes interprètes de talent. Plus de 1.000 artistes en démarrage de carrière ont ainsi bénéficié d’une direction artistique, d’un soutien promotionnel et d’un appui logistique leur permettant d’exprimer leur talent dans des conditions conformes aux meilleurs usages professionnels.
L’Adami répartit les droits des comédiens, chanteurs, musiciens solistes, humoristes, chefs d’orchestre et danseurs pour la diffusion de leur travail enregistré. Elle favorise le renouvellement des talents et consolide l’emploi artistique à travers ses aides à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation professionnelle continue des artistes. 

 

Swan

Le Guetteur/ Luc Petton & Cie
Concept : Luc Petton
Chorégraphie : Luc Petton et Marilén Iglesias-Breuker
Composition et interprétation musicale : commande de l'Etat à Xavier Rosselle
Design décor : Raul Pajaro Gomez
Création lumières : Sylvie Vautrin
Costumes : Marion Egner et Karin Wehner 
Maître oiseleur : François Coquet 
Oiseleurs : Guillaume Habrias
Réalisations décor : Alain Bernard Billy
Régie plateau : Bruno Bernabé 
Danse, imprégnation et recherches en studio : Anaïs Barthe, Delphine Berdiel, Aurore Castan-Aïn, Aurore Godfroy, Katia Petrowick, Marie Sinnaeve

 

Chargé de production : Jean-Marie Dumont
Administratrice: Taraneh Zolfaghari
Production Compagnie Le Guetteur 

Coproductions :  Théâtre national de Chaillot, Théâtre d'Angoulême - Scène nationale, EPCC Théâtre de Bourg en Bresse, Théâtre Château Rouge d'Annemasse, Le Mail -Scène culturelle de Soissons, Scène nationale de l'Oise en préfiguration - Espace Jean Legendre/Compiègne, Opéra de Reims

Compagnie conventionnée par le Ministère de la Culture et la DRAC de Picardie, subventionnée par le Conseil régional de Picardie, le département de l'Aisne, Adama.

En collaboration avec le TAP – Scène Nationale de Poitiers, le Centre National de la Danse et le Laboratoire Chorégraphique de Reims.
Remerciements à Michel Saint Jalme, chercheur au Muséum national d'Histoire Naturelle - Directeur de la Ménagerie du Jardin des Plantes.

Version EN 
drapeau-anglais

OSCAR

C’est en fait Oskar qu’il faudrait dire, car l’individu éponyme n’est autre qu’Oskar Schlemmer, l’un des fondateurs du Bauhaus (école d’architecture qui à travers son enseignement souhaitait réconcilier l’art et la vie) dont l’oeuvre se caractérise par une recherche plastique marquée par la composition en diagonales, la schématisation des personnages, la mise en évidence des angles et le côté mécanique du mouvement. On est tenté de faire un parallèle avec le Ballet Mécanique de Fernand Léger.

Or, c’est à un rapprochement tout à fait contemporain auquel nous invite Luc Petton avec cette chorégraphie. Inspirée de la Danse des Bâtons (1927) de Schlemmer, cette création explore toutes les ressources d’un matériau, le bâton, et toutes celles du corps affublés de ces prolongements végétaux.

Long bâtons attachés à chaque partie des membres (main, avant-bras, bras…) auxquels chaque mouvement, chaque angle des articulations imprime une forme dans l’espace. Affublé de la sorte, chaque geste prend un sens accru, rien de banal dès lors dans cette mécanique du charme où le moindre geste tisse avec l’espace un dialogue complexe. Un travail ancré dans la physicalité de la danse, expérimentant les voies ludiques de la métamorphose du corps et de son imaginaire, ne dédaignant ni l’humour, ni l’autodérision.

L’inventivité du chorégraphe Luc Petton n’a pas de limites : les accessoires et les costumes composent avec la grâce et la malice de la chorégraphie un ballet à la cadence soutenue où évoluent tour à tour, et peut-être sont-ce les différentes facettes d’une même créature, insectes gigantesques, combattants d’arts martiaux, hélicoptères, formes géométriques abstraites évoluant dans l’espace noir du tableau.

« La recherche formelle et esthétique est souvent à couper le souffle et la bande sonore soutient efficacement le rythme et les mouvements. Il n’est pas nécessaire de connaître les références plastiques de ce spectacle pour en apprécier le dynamisme et la créativité. »


Durée du spectacle : 40 min
Concept et chorégraphie : Luc Petton
Conseil artistique : Marilén Iglésias Breuker
Scénographie et costumes : Jean-Paul Céalis et Luc Petton
Création lumière et régie générale : Sylvie Vautrin
Danseurs : Cyrille Bochew, Mélisande Carré-Angéli, Céline Coessens, Tuomas Lahti

Coproduction Compagnie Le Guetteur, Ministère de la Culture / DRAC Picardie, Conseil Régional de Picardie, Conseil Général de l’Aisne, Centre Culturel Boris Vian, Les Ulis. 
Avec l’aide de l’ADAMI, la collaboration de la Maison des Arts de Laon.


-Light Bird -

pièce pour danseurs et grues de Mandchourie


Note d'intention


La question qui s’est posée à nous chorégraphes, Marilén Iglesias-Breuker et moi-même, dès le départ a été celle du partage avec l’autre, un « autre » d’une espèce différente de la nôtre. Quelle possibilité de communication, de jeu avec lui ? Quel espace créer pour que la relation puisse exister, sans toutefois lui céder toute la place ? Comme le dit la philosophe Vinciane Despret « chez les animaux, c’est avec le corps qu’on accueille ». Qui donc mieux que le danseur pour être ce vecteur de relation ?

La chorégraphie pose des intervalles de temps pour que cet accueil se fasse : celui de l’oiseau par les danseurs et celui des danseurs par les oiseaux. En répétition, les grues sont curieuses comme des enfants, viennent fouiller, scruter, écouter et, par leur taille, prennent une place royale dans l’espace de jeu. Le danseur reste attentif et répond de façon à la fois précise et aléatoire. La scène devient lieu de coexistence où les cinq interprètes de générations différentes, de 19 à 58 ans, de cultures et de formations diverses, évoluent et s’adoptent en se respectant, tout comme ils adoptent les grues.Partager le plateau avec les grues nous fait entrer dans une autre temporalité, comme dans un temps suspendu, une sorte de trêve à la réalité quotidienne. La grue est un animal paradoxal, on sent chez elle le préhistorique et le métaphysique cohabiter de façon stupéfiante. Malgré l’imprégnation elle reste un oiseau potentiellement dangereux. On ne croise pas impunément le regard d’une grue sans que quelque chose ne vibre, quelque chose qui relève de l’émotion immémoriale. 

Danser avec des oiseaux implique une disposition à l’imprévisible. Les interprètes, danseurs et musicien, ont développé une aptitude à l’aléatoire tout en restant vigilants à la trame du spectacle. La composition est à la fois structurée et «entr’ouverte». Elle trouve sa conclusion sur le plateau avec une part de création in vivo. Ce caractère se retrouve également dans la scénographie de Patrick Bouchain. Le sol, constitué de peaux, devient un vivant biotope sujet à froissements, à mouvements et respiration. Rien de ce qui est donné a priori ne reste figé et univoque.

 

 

 De même, la lumière de Philippe Berthomé crée un espace dynamique qui ponctue l'action, tantôt la précédant tantôt la suivant. Les grues se sont révélées beaucoup plus réceptives à la musique que les autres espèces, avec une écoute très fine, sensible aux variations les plus subtiles, une caractéristique intégrée par Xavier Rosselle dans la composition et restituée en direct sur scène. Le musicien, le souffle, devient partenaire de jeu aussi bien pour les danseurs que pour les grues.

La grue de Mandchourie, malgré le symbole d’immortalité qu’elle incarne, reste paradoxalement une espèce menacée d’extinction en raison de la destruction de son biotope naturel. Le taux de reproduction en milieu naturel étant relativement faible certains zoos de par le monde participent à la sauvegarde de cette espèce en faisant éclore des oeufs sous contrôle vétérinaire. Le Parc de la Tête d'Or à Lyon a permis d’engager tout le processus d’éclosion et de sociabilisation, poursuivi ensuite au parc zoologique d’Amiens Métropole, collaborateur de la première heure, qui accueille aujourd’hui les six oiseaux de la création et participe activement et quotidiennement au projet. Les descendants de ces oiseaux feront partie d’un programme de sauvegarde des espèces par la réintroduction et le repeuplement en milieu naturel. Un parallèle entre Nature et Nature humaine apparaît ainsi. Préserver nos espaces naturels, c'est aussi préserver nos espaces culturels, nos territoires de l'imaginaire. La psyché de l'homme s'est élaborée de pair avec l’évolution de son environnement dont elle est l'écho. Elle vit en union indissociable avec le corps et avec le corps du monde. Si l'environnement naturel s'appauvrit, c'est notre monde culturel qui s’appauvrit. Dès lors ne pourrait-on parler d'une écologie de l'âme ?

Luc Petton

Danser avec des grues, comme le propose Light Bird, c’est passer du champs métaphorique au sens littéral, pour revenir au champs métaphorique.

Cette création chorégraphique s’enracine dans la volonté d’explorer d’autres modes de communication et de transformations des sentir, dans une nouvelle manière de se situer dans le monde et d’entretenir des relations avec des non humains. Le fait même d’explorer concrètement, en dansant vraiment avec des oiseaux, avec les années de travail, d’efforts, de risques, de soins de soucis, permet à cette création de replonger dans le champs métaphorique, celui-là même qui cherche de nouveaux modes de création de relations, de nouveaux régimes de sentir. La très grande réussite de cette création, outre sa très grande beauté et son intelligence, les effets qu’elle peut espérer en nous touchant, tient donc à ce voyage incessant entre d’une part, les significations métaphoriques sur lesquelles elle repose, d’autre part la réalisation concrète dans le réel des corps humains et animaux dansant et avec enfin un retour aux significations métaphoriques que cette réalisation concrète revitalise. Car c’est ainsi que cette création peut nous toucher, nous affecter : dans le « sentir » que là quelque chose est possible, que quelque chose se passe dans ce qui nous est montré, dans cette chorégraphie hybride, et que ce quelque chose est de l’ordre de la grâce. Ce spectacle, en d’autres termes, modifie, pour ceux qui accueillent, la possibilité d’être touché par cette grâce, dans tous les sens du terme, et par les possibles et les sentir possibles. Il modifie, intensifie, nos puissances et nos manières d’être affecté.

La très belle réussite de cette création tient donc à sa puissance de nous affecter, et cette puissance, je crois, est elle-même issue de la possibilité, pour les danseurs et les oiseaux, d’avoir pu expérimenter ensemble les possibilités de s’affecter et de découvrir ce qui affecte.

Vinciane Despret

Distribution
Concept : Luc Petton
Chorégraphie, mise en scène : Marilén Iglesias-Breuker et Luc Petton
Assistants : Marie-Laure Agrapart, Philippe Ducou
Recherche en studio : Sun-A Lee, Yura Park, Guillaume Zimmermann
Scénographie : Patrick Bouchain
Création musicale : Xavier Rosselle
Création lumières : Philippe Berthomé
Costumes :  Sophie Jeandot
Consultant oiseaux: Eric Bureau
Régie générale et lumière : Sylvie Vautrin
Régie Plateau : Patricio Gil
Réalisation décors : Ateliers Devineau
Oiseleurs : Dune Pokrovsky et les animaliers du Zoo d'Amiens
Collaboration amicale de la philosophe Vinciane Despret
Avec : Sun-A Lee, Yura Park, Luc Petton, Xavier Rosselle, Guillaume Zimmermann et les grues de Mandchourie
Administration : Taraneh Zolfaghari
Production/diffusion : Jean-Marie Dumont
Organisation : Hélène Pallut

Production : Compagnie Le Guetteur
Co-productions
Théâtre national de Chaillot – Paris / Scène nationale de l’Oise en préfiguration – Espace Jean Legendre –Compiègne / Opéra de Reims / Parc zoologique d’Amiens Métropole/ Maison de la Culture d’Amiens, centre de création et de production  / L’Arsenal – Metz / La Briqueterie – CDC du Val-de-Marne

Partenariats
Institut Français de Séoul /  L’Echangeur – Centre de Développement Chorégraphique de Picardie / Parc de la Tête d’or - Lyon /  Laboratoire Chorégraphique de Reims

Remerciements à Xavier Julliot, Césaré - Centre National de Création Musicale et à M. Won-Il, Directeur artistique de l'Orchestre du National Theater of Korea

Avec le soutien de l’ADAMI,
L’ADAMI, société des artistes-interprètes, gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques.

Version EN
drapeau-anglais
 

Luc PETTON,  chorégraphe - fondateur de la Compagnie Le Guetteur


thumb_20_1024Né en Bretagne, aux confins de la terre et de la mer, Luc Petton a fait de cette nature en constante mutation son terrain de jeu et d’observation. Fasciné par le mouvement, il pratique intensément le karaté, jusqu’à obtenir la ceinture noire. A 18 ans, lors d’un premier séjour à Paris, il découvre cet autre art du mouvement qu’est la danse. Le coup de foudre est fulgurant ! 

En 1979, le Conservatoire national des arts du cirque et du mime lui octroie une bourse d’études qui lui permet d’intensifier sa pratique de la danse. Sa rencontre avec Moses Pendelton, directeur de la compagnie Pilobolus, va oeuvrer comme un levier sur sa carrière et l’incite à se rendre à New York auprès d’Alwin Nikolaïs. Sitôt arrivé au Dance Theater Lab en 1980, il obtient une bourse poursuivant l’enseignement de Hanya Holm et Murray Louis. Il rencontre le milieu post-modern et pratique le «contact-improvisation». En 1981, de retour en Europe il est engagé par Suzanne Linke au Folkwang Tanz Studio de Essen en Allemagne où il reste trois ans. Boursier du ministère de la Culture en 1984, il regagne New York et se perfectionne auprès de Ruth Currier, danseuse partenaire de la première heure de José Limon, tout en s’ouvrant aux nouvelles approches du corps à la School for Movement Research. Lors de ce séjour, il côtoie la compagnie Trisha Brown.

En 1985, Luc Petton débute ses premières recherches chorégraphiques personnelles. Il fonde avec Marilén Iglesias-Breuker la Compagnie Icosaèdre qui obtient le prix lauréat de l’Eté de la Danse 1985 puis est invitée en résidence pour trois ans à la Maison de la Culture de Reims. En 1994, il fonde « Le Guetteur » et amorce un parcours singulier sur la scène chorégraphique française, se faisant notamment remarquer avec ses premières créations If et Oscar présentées aux Îles de Danse, à la Biennale du Val de Marne, au Festival de Marseille, à la Biennale de la Danse de Lyon... 

Photo-CV-1

En 1999, une commande particulière de la Biennale de la Danse du Val de Marne est pour lui l’occasion de replonger dans sa première passion pour les arts martiaux en créant Polemos - du duel au duo. Dès cette pièce pour deux danseurs et trois champions du monde de karaté, il initie sa recherche sur la notion de laisser-être qu’il n’aura de cesse de développer et autour de laquelle s’articulera plus tard son projet avec les animaux. Habité par une danse subtile et déliée, il est lui-même un danseur tout en légèreté et en élégance et développe un goût pour un état de corps aérien que l’on retrouve dans ses créations. Cette particularité le conduit à s’intéresser à la machinerie de vol et à la magie du corps en apesanteur Sur le fil de minuit, créé pour le Ballet Junior du CNSM de Paris et Sans abord réel.

Ornithologue amateur, passionné depuis l’enfance par les oiseaux, il se lance en 2004 dans une fabuleuse aventure de création conjuguant danseurs et oiseaux vivants. Deux versions de ce projet naissent sous le titre générique La Confidence des oiseaux. La version plein air est créée en 2005 pour Art Danse Bourgogne à Dijon et pour le festival les Envies-Rhônements. La version théâtre est créée en 2006 à la Faïencerie de Creil. En 2008, aux Hivernales d’Avignon, il peaufine une version inédite, Migration d’été, à laquelle participent de nouveaux oiseaux. Cette version connait un succès retentissant lors de son passage au Festival d’Avignon de la même année, puis au Théâtre National de Chaillot.
 
L’aventure se poursuit par la création Swan, pièce chorégraphique pour cygnes et danseuses. Luc Petton a été choisi par l’Association Artistique de l’ADAMI pour être le chorégraphe du projet Talents Danse 2012.

Light Bird

Depuis 1997 il mène avec sa Compagnie des interventions en milieu hospitalier dans le cadre du projet national "Culture à l'Hôpital" auprès d'enfants handicapés et de personnes âgées. Grâce à la médiation de l'oiseau et de la danse Luc Petton opère une ouverture dans le sens de la démocratisation de la Culture en décloisonnant les publics, les styles et les âges et même les langues, puisqu'oiseaux et danseurs ne sont pas soumis aux frontières linguistiques. Sur le mode poétique, Luc Petton participe au rapprochement des Cultures en conjuguant émotions immémoriales et contemporanéité.

 
En juillet 2013, la Ministre de la Culture lui décerne le grade d'Officier dans l'ordre des Arts et des Lettres.
 
A partir de 2013, il travaille à la création du troisième et dernier volet de son triptyque avec oiseaux en mettant en jeu des Grues de Mandchourie et des danseurs en relation avec la Corée du Sud. La première mondiale de Light Bird a eu lieu au Théâtre national de Chaillot en mai 2015.

Créations


 2015 : Création de Light Bird au Théâtre national de Chaillot en mai 

2014/2015 : Spectacles-pilotes du projet Light Bird
 
2013 : Printemps, éclosion des oeufs de grues et début du protocole d'imprégnation
 
2012 : Création de Swan au Théâtre national de Chaillot et début des tournées
 
2011/2012 : Swan pièce chorégraphique pour cygnes et danseuses
 
2010 : CAvAlle !, projet avec 2 étalon en liberté, une corneille, 3 danseuses et 1 musicien
 
2008 : Migration d'été (nouvelle d'été), Hivernales d'Avignon, Théâtre national de Chaillot
 
2007 : Objet près-loin, Musée de Picardie
 
2006 : La Confidence des oiseaux - version théâtre, Faïencerie de Creil
 
2005 : La Confidence des oiseaux - version plein air, créée pour Art Danse Bourgogne à Dijon et pour le festival Les Envies-Rhônements en Camargue
 
2002 : Sur le fil de minuit, co-production de l'Echangeur de Fère en Tardenois
 
2000 : Sans abord réel, Ballet Junior du Conservatoire National Supérieur de Paris
 
1999 : Polemos - du duel au duo, pièce mettant en scène des danseurs et des karatékas de haut niveau, commande de la Biennale du Val de Marne
 
1997 : Oscar, projet inspiré par le travail d'Oskar Schlemmer, présenté lors des plateaux de la Biennale du Val-de-Marne (joué 160 fois en France et à l'international)
 
1996 : IF, trio pour 2 hommes et 1 planche, créé au Théâtre Ayoama de Tokyo
 
1994 : Le Grand Vivant, projet créé pour l'ouverture de La Comète - Scène nationale de Ch^laons-en-Champagne, autour d'une oeuvre du plasticien Louis Lutz
 
1992 : L'âme des Pierres, solo dans le film réalisé et orchestré par Susumu Yoshida, co-écrit avec Marilén Iglesias-Breuker, diffusé par ESSEI-CHannel, Tokyo
 
1989 : Kodama - L'esprit de l'arbre, solo sur une musique de Susumu Yoshida